2,6 millions haïtiens touchés par l’insécurité alimentaire entre mars et juin 2019 selon l’ONU

 

Dans un rapport soumis cette semaine au Conseil de sécurité des nations unies conformément à la résolution 2466 qui avait prorogé le mandat de la MINUJUSTH, le secrétariat de la Mission des Nations Unies pour l’appui à la justice en Haïti a présenté, outre les aspects politiques et sociaux du pays, sa situation humanitaire. Le constat est alarmant. Entre mars et juin 2019, plus de deux millions de personnes ont été touchées par l’insécurité alimentaire.

Le nombre de personnes touchées par l’insécurité alimentaire entre mars et juin 2019 est estimé à environ 2,6 millions, dont 2 millions en situation de crise (phase 3) et 571 000 en situation d’urgence (phase 4), selon le Cadre intégré de classification de la sécurité alimentaire lit – on dans le dernier rapport de la MINUJUSTH soumis au Conseil de sécurité des Nations Unis faisant état de l’évolution trimestrielle de la situation socio-économique et politique d’Haiti.

Selon MINUJUSTH, en février 2019, le prix du panier de la ménagère avait augmenté de 11 %, portant à 26 % l’augmentation sur les 12 mois précédents. Selon le Système d’alerte rapide aux risques de famine et l’Institut haïtien de statistiques et d’informatique, les prix des denrées alimentaires locales comme les plantains, le manioc et le fruit à pain, ont augmenté de l’ordre de 41 %.

Par ailleurs, la dépréciation de la gourde a entraîné une pression inflationniste sur les prix des aliments de base comme le riz et l’huile de cuisson, qui sont pour la plupart importés. Le ralentissement de la production agricole a lui aussi, selon le rapport, contribué à aggraver l’insécurité alimentaire, dans la mesure où le secteur agricole reste la principale source de revenus de la majorité des ménages haïtiens.

Conscientes de la gravité de la situation, les entités des Nations unies s’emploient à intensifier leur assistance au Gouvernement haïtien, notamment en mobilisant des ressources financières supplémentaires pour répondre aux besoins d’assistance d’un nombre croissant d’Haïtiens.

Ainsi, la MINUJUSTH demande instamment aux donateurs d’accroître leurs contributions financières au plan d’aide humanitaire de 2019 et d’appuyer la Direction de la protection civile pour lui permettre d’intervenir en première ligne au niveau national.

La mission a toutefois rappelé que le plan qui vise à apporter une assistance d’urgence à 1,3 million de personnes vulnérables n’a été financé qu’à hauteur de 16 % au 9 juillet 2019, soit 20,6 millions de dollars reçus sur les 126 millions nécessaires.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here