Après Jovenel, l’opposition réclame une transition de 3 ans avec un président venant de la Cour de cassation et un PM de l’équipe

    Après consultation, l’opposition a finalement rendu public son document phare qui renferme les nombreuses étapes de la transition qui doit venir juste après le départ de Jovenel Moïse.

    Ce document apparaît dans un contexte de crise socio-politique provenant de la mauvaise gouvernance des gouvernements de M. Moïse. Insécurité, Inflation, corruption, improvisation, le président de la République épinglé dans le dossier Petro Caribe n’est pas à la hauteur estime l’opposition.

    La première étape comme elle n’arrête de le dire consiste par la démission de Jovenel Moïse. Après, un juge honnête et intègre de la Cour de cassation prendra le relais et deviendra président de la République jusqu’au 7 février 2022.

    Ce dernier choisira un premier ministre venant de l’opposition qui connaît bien la chose publique et qui n’est pas lié avec le scandale PétroCaribe.

    Ce premier ministre devra choisir les 14 autres ministres devant compléter le gouvernement qui sera contrôlé par une structure portant le nom de ANT, Autorité nationale de Transparence. Celle-ci devra s’assurer entre autre de la réalisation du Procès Petro Caribe, et ceux relatifs aux massacres de La Saline et de Carrefour-feuille.

    Le gouvernement de transition devra permettre le renforcement des institutions luttant contre la corruption, UCREF, ULCC, la CSCCA…

    Il aura aussi la mission de faire des audits régulièrement dans les institutions publiques.

    On comprend donc que la transparence sera prioritaire. Sur le plan économique, le gouvernement provisoire devra prendre des mesures d’austérité réduisant le budget de l’exécutif d’au moins 30%.

    Par ailleurs, il aura pour obligation de faciliter les crédits aux jeunes afin de faciliter l’investissement, s’assurer de l’intégration de la diaspora dont les transferts représentent une source de revenus importante pour Haïti.

    Sur le plan sécuritaire, le gouvernement de transition devra éradiquer le phénomène des gangs armés en Haïti. Et il devra solliciter de la collaboration des experts de l’ONU en vue de promouvoir et de garantir les droits humains.

    Le mandat du gouvernement de transition prend fin le 7 février 2022 par la passation du pouvoir à un président démocratiquement élu. Il faut signaler que la modalité de l’application de l’alternative proposée dans le document sera défini par un accord politique portant la signature des secteurs vitaux du pays.

    Les opposants souhaitent chasser Jovenel parce qu’il représente un système corrompu disent-ils. Ces propositions faites pour la transition longue qui aura à gouverner le pays pendant près de 3 ans, sont elles la marque de fabrique annonçant l’arrivée de l’autre système qu’ils souhaitent proposer au pays ?… Il y a de la place pour l’inquiétude.

    LAISSEZ UN COMMENTAIRE

    3 Commentaires

    1. M panse li tap pi saj si opozizion an te jwe wòl abit, pou tout bagay byen fèt épi veye pou eleksyon reisi nan peyi a san yo pa reklame okenn pòs. Se nan eleksyon pou yo jwenn pòs. Paske opozizion an echwe, échoué toi.

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here