Déjà au bord de l’effondrement, l’économie haïtienne vit ses derniers instants

    L’économie haïtienne connaît des épisodes de crises des plus tragiques depuis la recrudescence des mouvements revendicatifs de la population, le 16 septembre dernier. Déjà considérée comme un peau de chagrin, l’économie du pays est asphyxiée par l’arrêt des activités économiques et sociales survenus ces derniers jours.

    Les plus grandes victimes des évènements en cours, ce sont entre autres, les citoyens qui produisent de la richesse, et les petites gens qui ont perdus leurs emplois, voire ceux qui vivent au dépens de leurs proches qui travaillaient, malheureusement aujourd’hui ont perdus leurs boulots à cause de l’état actuel du pays.

    En effet, il est difficile d’évaluer pour le moment les conséquences des dégâts matériels enregistrés lors des manifestations sur l’économie haïtienne. Le bilan sera certainement lourd, et alarmant. L’inquiétude, c’est quand est-ce que va cesser ce carnage?

    De plus signalons aussi que les haïtiens qui faisaient face à la pauvreté, voient aujourd’hui leurs conditions de vies détériorer davantage avec la pagaille qui s’installe dans nos rues. Et Ceux qui se débrouillaient tant bien que mal pour vivre, vont devoir se serrer les coudes pour confronter la réalité en face. En outre, les autres personnes de la classe moyenne aisée vont obligée de faire avec. Nonobstant, ceux qui menaient la grande vie, qui sont provisoirement épargnés de cette situation, (qu’ils ont en parties contribuer à rendre possible, en raison de leurs implications dans les prises des décisions engageants la nation), tout le monde est dans l’impasse.

    Au même moment où le pays s’enfonce dans l’anarchie, les chiffres parlent d’eux-mêmes concernant l’expansion de la misère presque à toutes les couches de la population, et de la chèreté de la vie qui frappe plus d’un.

    En effet, récemment mis à jour par l’Institut haïtien de statistique et d’informatique ( IHSI), le taux d’inflation qui avoisinait les 18% , est passé officiellement à 19, 5%, taux affiché pour le mois d’août 2019. Ces chiffres vient confirmer l’accélération de la misère avec l’augmentation de 22, 6 % des prix des produits alimentaires. Les investissements dans des secteurs clés sont aux ralentis. Même les avions qui font volent vers Haïti sont en nette baisse d’activités, en raison de la crise. Peut-être que seuls les transferts de la diaspora maintiennent encore en vie quelques personnes à l’intérieur du pays.

    Par ailleurs, il faut noter l’abscence de lois de finance pour le pays. Lequel budget précisons-le, devait permettre de se faire une idée sur les projets que le Gouvernement comptaient engagés en faveur de la population. Sur ce point, c’est le black out total, on ne sait pas comment l’État va s’y prendre pour venir en aide à celle-ci.

    Avec cet état de fait, vivre en Haïti devient un parcours de combattant. Nos villes se meurt à petit feu, nos dirigeants sont aux abonnés absents, le peuple est furieux, puis l’économie en général paie les peaux cassés.

    LAISSEZ UN COMMENTAIRE

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here