Dermalog – Un grand pas est franchi dans ce dossier

    Me Marc Antoine Maisonneuve, l’un des avocats plaignants dans le dossier de Dermalog rappelle que c’est le RNDH et la commission anti-corruption du sénat qui avaient procédé à des rapports sur le dossier dermalog, et les rapports confirment que Martine Moïse avait accompagné le directeur de l’ONI en France pour planifier la signature du contrat.

    C’est ainsi qu’en date du 19 août 2019, une plainte a été déposée au greffe du cabinet d’instruction du tribunal de première instance. Dans ce cas, le dossier a été distribué, c’est le juge Rénord Régistre qui est chargé d’instruire le dossier dermalog. En effet, l’avocat croit fermement qu’à la fin du mois de novembre des personnalités comme Guyler C. Delva et Martine Moïse auront à rendre compte à la justice. Me Maisonneuve déclare que le magistrat instructeur a seulement 3 mois pour instruire ce dossier et rendre une ordonnance de renvoi par devant le tribunal criminel pour que les concernés restituent à l’Etat l’argent volé dans ce dossier.

    D’un autre côté, l’avocat à fait des révélations fracassantes sur la présidence qui cherche à corrompre le juge instructeur. Il croit que Martine Moïse, la principale concernée à des inquiétudes qui porte Jovenel Moïse à utiliser toutes les stratégies possibles pour faire obstacle à ce procès. 

    L’avocat militant rappelle que la bataille contre la corruption, c’est l’affaire de tout le monde, puisque nous allons tous payer les conséquences de ces actes. Il conclut en rappelant au juge que l’obligation lui est faite de rendre une ordonnance de renvoi pour que les dilapidateurs restituent l’argent qui a été volé. Il faut signaler que le dossier dermalog est un scandale de corruption dans lequel est impliqué la première dame. 27 millions de dollars sont dépensés pour la réalisation des cartes d’identification nationale, pendant que le plus grand tribunal administratif du pays avait interdit ce contrat. La présidence, selon lq commission du Senat, avait alors décidé de passé à côté de la décision de la Cour des comptes pour engager un firme allemand dans cette affaire qui aurait pu coûter seulement 3 millions de dollars à l’Etat haïtien. 

    LAISSEZ UN COMMENTAIRE

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here