Des étudiants de la Faculté de Droit prêts à mourir de faim pour obtenir la demission de Jovenel Moïse

    La désolidarisation d’avec Jovenel Moïse s’intensifie jour après jour, groupe après groupe. Après les artistes, c’est au tour des étudiants de la Faculté de Droit et des Sciences économiques de proposer une nouvelle stratégie anti-Moïse. Ils proposent une grève de faim pour une durée indéterminée, ce qui revient à dire que seule la démission de M.Moïse est à même de lever cette grève.

    Jovenel Moïse est de plus en plus contesté. Les contestations prennent toutes les formes. C’est tantôt une passerelle pour la transition établie par u regroupement de 107 secteurs de la vie nationale, tantôt les artistes qui viennent rejoindre environ un million de manifestants dans les rues de Port-au-Prince. Mais la contestation peut aussi être une action sur soi-même en dépit des risques qu’elle peut amener , une privation qui peut même coûter le souffle de vie. C’est cette forme de contestation que certains étudiants de l’UEH sont prêts à adopter : S’abstenir de manger jusqu’à ce que Jovenel  Moïse parte.

    Selon les étudiants, cette grève n’a pas l’unique but de voir Jovenel Moïse quitter le pouvoir. Elle s’inscrit dans une forme d’opposition à l’impunité, la corruption et l’inégalité qui ont produit une société aussi misérable. Le Chef de l’Etat, d’après les étudiants, ne s’est pas dissocié de ces poisons sociaux. Au contraire, son nom est retrouvé dans beaucoup de scandales. C’est la raison pour laquelle, ces jeunes disent réclamer le départ de Nèg Bannann nan.

    Environ cinq semaines de paralysie, le Président continue malgré tout à garder le pouvoir. Si M.Moïse est si obstiné à jouer le sourd , ne devrait-on pas craindre la mort pour ces étudiants qui vont faire la grève de faim dans l’espoir que celui-ci décide à démissionner ?

    LAISSEZ UN COMMENTAIRE

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here