Flash – Fedenel Monchéry et Richard Duplan interdits de quitter Haiti pour leur implication présumée dans le massacre de Lasalin

    Dans une correspondance adressée à M.Cianciulli Joseph qui est le Directeur Général de l’immigration et de l’émigration, le juge d’instruction , Me Chavannes Etienne, a expressément ordonné que Fedenel Monchéry et Richard Duplan soient mis dans l’impossibilité de quitter le pays par toutes les voies envisageables : terrestre,maritime ou aérienne. Monchéry et Duplan, étant épinglés par la DCPJ dans le cadre du massacre de Lasaline sont  frappés par cette décision judiciaire qui leur empêche de laisser le pays pour quelque motif que ce soit.

    Depuis le massacre de Lasaline, plusieurs rapports ont été dressés en vue de porter des éléments d’informations y relatifs. Qu’il s’agisse de l’enquête menée par la RNDDH, la Fondation Je Klere, la Minujust ou par la DCPJ, tous les résultats des investigations se rencontrent en un point : L’implication de fonctionnaires d’Etat dans la planification du carnage.

    Même si nous ne les connaissons pas tous, 2 noms partent et reviennent : Fedenel Monchéry, et Richard Duplan respectivement Directeur du Ministère de l’intérieur et Délégué départemental de l’Ouest. La DCPJ avait déjà intimé l’ordre au commissaire du gouvernement près du T.P.I de Port-au-Prince de procéder à l’arrestation de Monchéry et de Duplan, mais le chef du Parquet n’avait pas fait suite à cet ordre car estime-t-il que cela va à l’encontre des procédures. Il avait en effet déclaré comme l’avait révélé vedeth info que les fonctionnaires de l’Etat ne peuvent être arrêtés sans l’autorisation du président de la république.

    Depuis cette déclaration du commissaire, il y a des rebondissements dans l’affaire car le juge d’instruction Chavannes Etienne a formellement mis Monchéry et Duplan en interdiction de laisser le pays. Par la correspondance scellée et signée Chavannes Etienne, le directeur général de l’immigration et de l’émigration est prévenu et doit s’assurer de ne pas passer outre l’ordre reçu du magistrat : Il doit à tout prix empêcher à Monchéry et à Duplan de quitter le territoire en attendant que la justice lève l’interdiction. La correspondance date du 22 juillet 2019.

    Duplan et Monchéry interdits de laisser Haïti, une lueur d’espoir pour les victimes du massacre qui peuvent désormais espérer trouver la justice qu’ils méritent en vertu de la loi… Ce serait toutefois trop beau pour être vrai. D’ailleurs, il est trop tôt pour jubiler. Il faut attendre la véritable réponse de la justice haïtienne qui a, on le sait tous, le mérite d’être lente et inefficace. À suivre…

    LAISSEZ UN COMMENTAIRE

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here