Haiti/ 25 PetroStades : Laurent Lamothe & Co doivent répondre par devant la justice selon la Cour des comptes

    Laurent Lamothe et ses Stades

    L’ancien premier Ministre Laurent Salvador Lamothe avait déclaré en grande pompe lors d’une conférence de presse dans un hôtel de la capitale, qu’il avait, avec l’argent du fonds Petro Caribe, construit 25 stades disséminés sur l’ensemble du territoire national.

    Les objectifs immédiats de cette rencontre avec les journalistes étaient, à l’époque, de deux ordres. Se faire passer, d’une part, pour une sacrée victime politique à qui l’on veut absolument faire du mal. Se défendre, d’autre part, contre deux rapports d’enquête mensongères émanant de deux adversaires politiques en l’occurrence, les sénateurs Youri Latortue et Evalliere Beauplan.

    Depuis, ses paroles ont été reprises par des ardents défenseurs du régime, qui définitivement, se sentaient renforcés avec des arguments puissants pour défendre leur ancien premier Ministre.

    Sauf que… Le rapport de la Cour supérieure des comptes, publié hier, vient affermir pour ne pas dire confirmer le travail réalisé par les deux présidents de la commissions éthique et anti-corruption du Sénat.

    La Cour dans son rapport a minutieusement examiné les projets de réhabilitation et de construction des infrastructures sportives dans le pays. Le constat est affligeant.

    Etude du projet de construction de centres sportifs

    Entre le projet de réhabilitation de certains parc sportifs pour lequel 27 787 385.59 USD ont été transférés à la firme, celui de la construction de cinq centres sportifs respectivement à Ouanaminthe, aux Gonaïves, à Mirebalais, aux Cayes et à Jacmel, exécuté par la firme dominicaine CONSTRUCTORA ROFI SA pour 10 476 700.00 USD alors qu’un décaissement de 17 025 702.52 USD a été fait au profit de la firme, l’ancien premier ministre Laurent Lamothe, Bellerive, d’autres ministres et responsables de la firme, auront du pain sur leur planche si un jour ils devaient répondre aux questions de la justice.

    En effet, pour les 17 025 702.52 USD décaissés au profit de la firme ayant pour mission de construire ces parcs sportifs. Un écart non justifié de 6 549 002.52 USD a été constaté. La Cour n’a retrouvé aucun décompte qui pouvait servir de preuve matérielle du décaissement. Aucun rapport de la supervision n’a aussi été retracé par la Cour.

    Projet d’aménagement infrastructures de sports

    Pour ce projet d’aménagement de 14 parcs sportifs, la Cour relève les mêmes irrégularités. Contrats passés gré à gré, des avenants en dehors de la loi, des fonds décaissés non justifiés, bref, les juges de la cour ont été atterrés.

    Il y avait pour ce travail, plusieurs phases, Pour la première phase, le contrat a été conclu gré à gré pour un montant de 4 450 000,00 USD, tandis que 7 128 523,38 dollars USD ont été décaissés.

    Pour la deuxième phase, le contrat a été signé pour un montant de 10 150 023,31 dollars USD. Mais, un avenant de 3 044 016,67 dollars USD a été donné.

    Concernant l’avance physique des travaux malgré le versement de ces fortes sommes d’argent

    L’équipe technique de la Cour des comptes avait décidé de visiter les travaux d’aménagement et de construction de ces centres sportifs. Elle a constaté lors de leur visite l’inimaginable. Le constat est édifiant… Certains travaux ne sont pas terminés, les parcs sont donc inachevés. D’autres ne respectent pas les prescrits du contrat.

    C’est le cas notamment pour le parc sportif de Thomonde qui n’a ni de système de drainage, ni de gazon synthétique alors que prévu dans le contrat.

    Bref, cette affaire de Stades construits avec les fonds PetroCaribe etait, si l’on croit le rapport de la Cour des comptes, une véritable gabegie administrative et financière. Une vaste entreprise de corruption pour faire plus simple.

    Pour des projets, d’un montant total de 25 889 726,34 de dollars USD, 28 647 197,31 USD ont été décaissés. Selon la Cour, la réalisation de ce projet ne semble obéir ni à la saine gestion des fonds publics ni aux bonnes pratiques de gestion de projets. Les fonds
    décaissés ne sont pas proportionnels aux travaux réalisés.

    Par conséquent, la Cour recommande à ce que la responsabilité des ordonnateurs du MPCE; en l »occurrence :

    • Laurent Salvador LAMOTHE : MPCE, Ordonnateur principal;
    • Joséfa Raymond GAUTHIER, MPCE, ordonnateur principal
    • M. Michel PRESUME : Secrétaire d’État à la planification du MPCE;
    • Jude Hervey DAY, Minstre, Ordonateur des dépenses
    • Yves Germain JOSEPH, Ministre Ordonnateur des dépenses
    • Aviol FLEURANT, Ministre Ordonnateur des dépenses

    soit mise en oeuvre pour avoir engagé et maintenu l’État dans des transactions irrégulières dans le cadre de l’élaboration et/ou de la gestion des projets inachevés, à l’abandon, surfacturés, ect.

    Par ailleurs, elle recommande aussi aux autorités compétentes de diligenter une enquête afin de déterminer s’il y a matière à poursuivre ces personnes pour des irrégularités graves ayant causé préjudice à la communauté.

    .

    LAISSEZ UN COMMENTAIRE

    1 COMMENTAIRE

    1. S’il arrive qu’un haïtien ait faim, soit malade ou veuille s’instruire il n’a qu’à aller taper dans un ballon… Le football a tellement fait du bien et en a tellement rapporté à ce pays que les fonds du pétrocaribe ont été utilisés pour renforcer des infrastructures à cette fin. Il n’y a qu’à regarder quelques matchs à la télé pour s’en rendre compte et s’en convaincre…

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here