Haiti – Crise : Jovenel Moïse enterré (symboliquement) par les Cayens

    Une population en colère, un Etat défaillant, un président qui ne gouverne rien, en Haiti, plus rien ne va. Ce dimanche encore, le pays est en ébullition. Aux Cayes, Gonaives, Port-au-Prince, Mirebalais, en mode lock… Aux Cayes par exemple, dans les rues, avec un cercueil noir, sur lequel on peut lire : « Adye ansyen prezidan Jovnel Moyiz », les Cayens, ne voulant pas accepter que le président termine son mandat qui prendra fin en 2022, ont organisé symboliquement ses funérailles.

    Alors que le PM Lapin a annoncé que tout va rentrer dans l’ordre dès ce lundi, les cayens ne se sont pas encore décidés sur le fait que les choses redeviennent normales. Très motivés en apparence, ils ne lâchent pas le combat. Ce dimanche, ils sont plusieurs centaines à marcher sur la ville pour exiger le départ du président. Pour eux, Jovenel appartient au passé. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’ils ont décidé de l’enterrer.

    Jovenel, est –il donc déjà mort ? Apparemment non, à ce qu’on sache ! Pourtant, depuis ce matin, les cayens circulent dans les rues avec un cercueil noir à l’intérieur duquel se trouve un mannequin représentant le corps sans vie du président Jovenel Moïse qu’on emmène au cimetière.

    Après le fameux « 7 tours», l’imagination et la créativité ne manquent pas chez ceux qui veulent voir tomber Jovenel Moise.

    Entre temps, alors que le pays est en mode lock depuis plus d’une semaine, Jovenel Moise programme une rencontre avec de hautes personnalités qui se tiendra demain 10h dans sa résidence privée afin de trouver des solutions pouvant améliorer la situation du pays qui se dégénère de plus en plus. Un doute toutefois quant à la réussite de cette démarche car déjà très critiquée par la classe politique.

    Après 6, 7 juillet 2018, 7, 8, 9 février 2019, et maintenant 9, 10, 11 juin, Jovenel Moise, épinglé dans le rapport de la Cour des comptes, très vulnérable au pouvoir, pourra-t-il résister face aux pressions populaires ? Une question de haute importance, des réponses qui vont sans doute venir de très loin. En attendant, alors que le cœur du président n’a pas arrêté de battre, les cayens l’ont enterré. En tout cas symboliquement. Une preuve de plus que l’ingénieur n’est pas maître de son destin.

    LAISSEZ UN COMMENTAIRE

    2 Commentaires

    1. Toutes mes Félicitations à l’honorable sénateur Dumont. Cela nous prouve que nous avons un parlementaire intègre sur qui nous pouvons compter, Un citoyen courageux capable de dire au blanc que cela ne peut pas aller comme il veut.Ce n’est pas au colon de dire à l’esclavave ce qui lui est bon.

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here