Haiti de plus en plus lock ; Les institutions sont paralysées ; les reactions pleuvent

    Le doyen du tribunal de première instance de Saint-Marc, Pierre-Louis Massillon dit regretter l’absence de la cérémonie traditionnelle lors de la réouverture des tribunaux. Pour sa part, le coordonateur de l’UNOEH, Wilbert Franck déplore le laxisme des autorités qui se cachent par derrière la rentrée des classes pour affaiblir les protestations sans que la sécurité des enfants ne soit garantie.

    Le doyen du tribunal de première instance de Saint-Marc, Pierre Louis Massillon dit regretter que la cérémonie d’ouverture de l’année judiciaire n’a pas lieu comme prévue. Il croit que les raisons sont fondées. Pour lui, l’audience solennelle du premier lundi d’octobre répond à des normes coutumière qui n’est pas déterminée par la loi. 

    C’est un moment de retrouvaille entre des juges, avocats, justiciables, et les notables. Ils viennent pour écouter le bilan de l’année précédente. Puis on prend un verre ensemble et le judiciable comprend mieux le déroulement du système. Malheureusement, les contraintes politiques les obligent à passer outre de cette cérémonie solennelle. Il invite les juges et tous les acteurs du système judiciaire de continuer à offrir leurs services aux justiciables.

    Par ailleurs, le coordonateur général de l’UNOEH,  Georges Wilbert Franck, estime que si les élèves ne peuvent pas aller à l’école, c’est la faute de Jovenel Moïse. Il croit que si le président ne peut pas, il doit démissionner. Il constate que le pays est dans une situation insurrectionelle depuis plus d’un mois et déplore que les autorités ne peuvent pas garantir la reprise des activités scolaires. Le coordanateur de l’UNOEH dit ne pas comprendre les liens qui existent entre le ministère de l’éducation nationale et celui de l’intérieur. Il affirme que l’état ne fonctione pas en raison de l’incompétence des autorités qui n’ont qu’un seul objectif, de passer quelques jours au pouvoir pour tirer des profits dans le cadre de la politicaillerie. Pour lui, les autorités se cachent par derrière la rentrée des classes pour calmer la situation. Il dénonce le comportement démagogique des responsables du ministère de l’éducation nationale qui s’empressaient de bâcler les derniers examens officiels. Wilbert fustige les autorités qui encouragent les élèves à prendre le chemin de l’école sans qu’ils ne prennent aucune mesure pour faciliter des couloirs humanitaires. 

    Pour Wilbert Franck » les seuls gaz disponibles pour le peuple, ce sont les gaz  lacrymogènes . Il ajoute que c’est encore l’état qui lance des gaz lacrymogènes autour des écoles et des hopitaux. Il pense que les autorités affichent un comportement criminel et dénonce les autorités qui utilisent l’école pour régler leurs affaires pendant qu’ils gaspillent les fonds de l’éducation. Il conseille au président de donner sa démission pour faciliter un dénouement dans la crise.


    LAISSEZ UN COMMENTAIRE

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here