Haïti-Equateur: modèles de mobilisations populaires contre l’injustice sociale

    Les esprits s’échauffent en Haïti comme en Equateur. En effet, sur le plan des revendications sociales, la réalité des peuples n’est pas toujours différente, suivant le type de Président ou de Gouvernement qui tient la rêne.

    Si les mouvements revendicatifs en Haïti continuent de s’amplifier à travers le pays, parce que le Président Jovenel Moïse n’entende pas prendre en considération les revendications populaires; en Equateur, le peuple indigène vient de trouver un compromis avec le Gouvernement, parce que le Président Lenín Boltaire Moreno qui était sur la corde raide depuis 12 jours a enfin plié à la demande des protestaires pour le bien du pays.

    En proie à une contestation populaire grandissante, l’Equateur qui vivait ses derniers jours au rythme de vague de manifestations, de blocages de routes, et d’arrêt de puits pétroliers, par le biais des autorités politiques du pays, s’est renoué avec l’ordre et la paix publiques, après un accord trouvé entre le Gouvernement équatorien et le mouvement indigène pour mettre fin à la crise sociale « sans précédent » qui a paralysé le pays ces derniers jours.

    Les premiers mouvements ont débutés, à la suite de la décision de M. Moreno de prendre un décret consacrant la fin des subventions au carburant, dont l’effet à multiplier par deux les prix à la pompe, ce qui a rendu les choses beaucoup plus compliquées socialement pour la Communauté indigène du pays déjà marginalisée.

    Cet ainsi qu’à la provocation du Pouvoir, les Indigènes ont répondu par une rare violence dans la Capitale Quito, où même le Président Moreno, s’est vu obligé de déplacer le siège du Gouvernement à Guayaquil ( dans le sud du pays), décrété le couvre-feu, et placé la ville sous contrôle militaire face à la situation incontrôlable qui prévaut.

    En effet, les indigènes de l’Equateur généralement confrontés à la pauvreté, ont été les plus touchés par le décret pris sur les carburants. Très bien organisée, cette Communauté, a par le passé déjà renversés plusieurs Présidents dans ce pays pétrolier du Sud de l’Amérique.

    Parallèlement, des mobilisations monstres n’ont pas cessées pour l’État insulaire de la Caraïbe. Contrairement aux autorités équatoriennes, les dirigeants haïtiens font la sourde oreille, préférant laisser le pays s’enfoncer davantage dans la crise. Mais pour combien de temps encore ?

    LAISSEZ UN COMMENTAIRE

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here