Haïti-insécurité : 30 ans de prison pour les détenteurs d’armes non déclarées et illégales

Pendant que l’insécurité bat son plein sur l’ensemble du territoire national, une proposition de loi sur les armes à feu a été votée cette semaine au Sénat. 

17 sénateurs ont voté à l’unanimité cette proposition de loi du sénateur Jean Renel Sénatus.

Jean Renel Sénatus , président de la commission de justice au sénat se montre satisfait de cette initiative qui réglementera la fabrication, la détention, la commercialisation et le port des armes à feu en Haiti. Il faut aussi souligner que cette proposition de loi prévoit d’alourdir les peines relatives  aux mauvais usages ou encore à la détention illégale des armes à feu : 9 à 30 ans de prison, a expliqué le sénateur Sénatus.

L’insécurité est devenue une fabrique haïtienne tant les choses ont empiré : des personnes ne cessent d’être descendues dans les quartiers populaires, des policiers sont éliminés même dans l’enceinte des commissariats, des massacres s’effectuent dans certains endroits quasi quotidiennement.

A un moment où la peur s’installe partout en Haiti, force est de constater que ces tourments résultent de la possession et du mauvais usage des armes à feu. Ainsi, il ne saurait y avoir un meilleur momentum pour discuter de la question des armes à feu, proposer des remédiations par le renforcement de notre législation en la matière.

Dans cette perspective, cette proposition de loi votée au Sénat concernant la fabrication, la détention, la commercialisation et le port des armes à feu est une très bonne chose. Le sénateur Sénatus qui dirige la commission de justice au sénat voit d’un très bon œil cette initiative visant à réguler la question des armes à feu. Sénatus a aussi fait savoir que cette proposition de loi se veut efficace en terme de prévention de certains actes malsains relatifs aux armes à feu d’où un alourdissement de la peine qui se situe dans un intervalle de 9 à 30 ans de prison.

Toutefois, certains pensent que ce n’est ni l’augmentation, ni la sévérité de la peine qui arrivera à freiner les infractions mais plutôt l’application effective des peines. Ce qui revient à dire qu’il ne s’agit pas uniquement de faire des règles, il faut un mécanisme qui peut vraiment s’assurer de leur respect en sanctionnant réellement celles et ceux qui les auraient violées.

Rappelons que la chambre des députés n’a pas encore donné son verdict sur la proposition. Au cas où la chambre des députés y accorderait un vote positif, et que l’exécutif promulgue et publie, cette proposition de loi entrera officiellement dans notre législation.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

2 Commentaires

  1. Nan ki ane nou pra’l ba yo 30 an prizon la bon se nou ki kreye bandi yo, e se nou k’ap itilize yo konye ya n’ap Vin Bay moun manti…Lè mwen wè ma wè…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here