Haïti – Jovenel Moïse peut avoir la tête tranquille après le rejet de la motion de mise en accusation par les députés

    L’épée de damoclès que brandissait les députés minoritaires à la chambre basse, sur la personne du Président, a été mise de côté grâce aux stratagèmes des députés pro-pouvoirs qui ont voté contre l’acte de demande de mise en accusation malgré les retentions et désaccords qui existaient dans la salle de séance.

    Soumis au vote après plus de douze heures de séance, et malgré l’opposition des députés initiateurs qui contestaient la manière dont la séance se déroulait, l’acte de demande de mise en accusation a été rejeté par 53 votes contre, 5 abstention, et 3 votes pour.

    La séance de demande de mise en accusation a commencé a prendre de l’ampleur au moment où le Président de la Chambre, Gary Bodeau a intimé l’ordre à la première Secrétaire, Gladice St. Jean de donner lecture à l’acte d’accusation provoquant ainsi la fureur des députés dénonciateurs, qui défendaient le principe que la lecture ne saurait avoir lieu avant l’analyse des documents soutenant les accusations retenues contre le chef de l’État.

    Plus tôt, l’élu de Léogane, Wilson Hyppolite voulant rapidement finir avec le dossier, avait gagné la tribune pour présenter à l’Assemblée une proposition appuyée par 71 députés, et demandant au Président Gary Bodeau de consulter celle-ci par un vote sur le sujet en question. La démarche sera rejetée d’un revers de main par le Président Bodeau dans un premier temps, mais un peu plus tard c’est à dire vers 2 heures du matin, l’acte de demande de mise en accusation sera lu et débattu à l’Assemblée, malgré le tohu bohu et les diverses tensions qui régnaient dans la salle.

    Avec madame la pluie qui s’invitait à la partie, et des suspensions de séance observées à n’en plus finir, voire des discussions houleuses enclenchées par les députés entre eux sur plusieurs points discordants, la séance de demande de mise en accusation a laissé tout le monde sur leur soif. La montagne n’a accouchée qu’une toute petite souris. La seule grande chose à retenir de cette séance c’est la position exprimée par les députés majoritaires qui ont botté en touche la démarche des députés « accusateurs » épargnant ainsi le chef de l’État d’une possible destitution.

    LAISSEZ UN COMMENTAIRE

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here