Haiti – Jovenel Moïse qualifie le travail de la Cour des comptes de partisan et annonce que des experts de l’OEA vont prendre l’enquête en charge

    Pour une énième fois, le président clame son innocence. Cette fois, c’est dans les colonnes du Miami Hérald qu’il a essayé de montrer que les accusations que la Cour des Comptes a porté contre sa personne, ne sont aucunement fondées.

    Jovenel Moïse croit que le rapport de la CSCCA  est empreint de partisanerie, voilà pourquoi il annonce que les experts en finance de l’OEA vont prendre l’enquête en charge car ce dossier ne servira pas au cynisme politique de quelques-uns.

    Un texte de Jovenel Moïse est sorti dans le Miami Hérald. À travers ce texte, l’auteur qui est le président Jovenel Moise s’est une nouvelle fois plaint des accusations de la CSCCA qui le pointent comme un corrompu. Selon le président, ce sont des accusations teintées de mauvaises intentions politiques.

    Il croit que l’honnêteté et la justice sont comme éloignées en Haïti. Il n’a pas omis également de tacler, ce petit groupe qui selon lui est le poison de ce système. Ce petit groupe profite des faiblesses du système pour assouvir son désir personnel et mesquin a-t-il écrit.

    En ce qui à trait aux accusation concernant Agritrans, Jovenel Moïse croit qu’il y a une erreur. Sa compagnie ne faisait que bénéficier et exécuter un contrat en 2014 visant la rénovation d’une route qui à l’époque était dans de très mauvaises conditions. Si dans le rapport, il est écrit  que l’argent avait été volé sans réaliser le travail de  rénovation, Jovenel Moïse affirme que la route a bel et bien été rénovée.

    Il invite par conséquent qui le veut bien à s’y rendre pour constater la véracité de son propos. Face à cette situation, où des accusations sont faites sans fondement, et donc injustement selon le président, il estime opportun l’aide de l’OEA dans le dossier Petro Caribe. Ainsi il ouvre la porte aux experts en finance internationale de l’organisation pour rétablir la vérité sur le dossier Petro Caribe, pour que, d’après lui, l’objectivité puisse régner au cours de cette enquête.

    Si le président se dit victime de toutes ces allégations qu’il a d’ailleurs rejetées, il n’est pas pessimiste. Il a foi qu’un jour la vraie justice se fera dans le cadre de ce dossier de corruption. Qu’elle se fasse attendre, mais la justice ou encore la vérité aura le dernier mot. Et ce jour- là, les masques tomberont et le peuple haïtien connaîtra ses vrais ennemis.

    Pour l’instant, le président de la République ne joue pas son rôle de garant de la bonne marche des institutions étatiques. Au contraire, il les affaiblit. Faudra peut être attendre la fin du procès, s’il aura lieu et s’il sera encore là, pour qu’il puisse se comporter en vrai chef de l’Etat haïtien.

    LAISSEZ UN COMMENTAIRE

    1 COMMENTAIRE

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here