Haiti – La conférence des pasteurs haïtiens qualifie d’inacceptable le comportement de l’Ambassadrice des USA en Haiti

    Suite à l’allocution de l’ambassadrice des États-Unis d’Amérique accréditée en Haïti Michelle Sison, à l’occasion du 243ème anniversaire des États-Unis, la Conférence des Pasteurs Haïtiens (COPAH) dans une lettre ouverte adressée à l’ambassade des États-Unis en Haïti déplore catégoriquement l’intégration américaine dans les affaires intérieures d’Haïti. En outre, la COPAH qualifie le comportement de la diplomate inacceptable en faisant pression sur la force oppositionnelle pour un dialogue avec le président Jovenel Moïse.

    Dans sa lettre, la COPAH dit reconnaître et tenir compte de l’intérêt que l’ambassadrice porte pour un dialogue et une entente afin de trouver une alternative à la crise qui sévit dans le pays depuis quelque temps. Encore, la Conférence des Pasteurs Haïtiens dit reconnaître que le dialogue constitue un outil capital pour résoudre les dissensions dans un pays comme Haiti.

    Cependant, prôner le dialogue en forçant les haïtiens à le faire surtout avec quelqu’un qui est probablement malintentionné est inadmissible. La COPAH rappelle à l’ambassadrice des États-Unis d’Amérique qu’elle serait la première à donner l’exemple en s’asseyant avec les pays que les États-Unis sont en désaccord si le dialogue s’était avéré primordial.

    Plus loin, la COPAH regrette amèrement l’enthousiasme de certains représentants politiques du pays, du secteur privé et de la classe civile, d’acclamer les déclarations de madame l’ambassadrice Michelle Sison lors de la célébration de la fête d’indépendance des États-Unis d’Amérique. S’arrogeant le droit de s’exprimer ainsi comme si elle ordonnait à des assujettis d’obéir, elle croit être dans un pays occupé dénonce la conférence.

    Encore, la COPAH déclare que les paroles de la diplomate américaine reflètent une sorte d’intimidation qui ne peut-être admise et une violation à notre souveraineté et à notre dignité de peuple libre. La Conférence des Pasteurs Haïtiens montre que les propos de la diplomate revêt d’une pointe de racisme et de discrimination. De plus, la Conférence se demande s’il n’y avait pas quelque chose déjà planifié par la hiérarchie américaine contre Haïti.

    Il est inacceptable de forcer les haïtiens à accepter de dialoguer avec un président rejeté par presque toutes les couches du pays, par la majorité des haïtiens. Un président qui de surcroît est accusé dans des affaires de corruptions, épinglé notamment par le rapport de la Cour Supérieure Des Comptes et Du Contentieux Administratif (CSCCA).

    Enfin, la Conférence des Pasteurs Haïtiens rappelle encore à l’ambassadrice des États-Unis d’Amérique Michelle Sison et à tous ses prédécesseurs leur mauvaise habitude à s’immiscer dans les affaires intérieures du pays alors que dans l’article 41.1 de la convention de Vienne de 1961, c’est formellement interdit aux diplomates accrédités de s’immiscer dans les affaires intérieures d’un pays.Interdiction que tous les diplomates semblent toujours oublier quand il s’agit d’Haiti.

    LAISSEZ UN COMMENTAIRE

    2 Commentaires

    1. La conférence de pasteurs devrait avoir honte de supporter cette opposition qui ne fait rien que « casser briser  » sans aucun sens de responsabilité. Cette association de pasteurs de par cette même voix sous entend la destruction morale, sociale, financière et culturelle de notre pays. On comprend bien la différence entre ceux qui ont étudié pendant onze ans avant de décrocher leur diplôme et vous autres. On voit bien que vous pensez comme ces malfrats de l’opposition qui sont encore dans les deux chambres et ces bourgeois malsains. Vous devriez avoir honte de fourrer vos gueules là-dedans. Les pensées de Mme Sison refletent la voix de la majorité silencieuse du pays. Screw you. Bande d’imbéciles.

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here