Haiti – La réalité des haïtiens au Chili vacille entre satisfaction et déception

    Cette vague migration haïtienne vers le Chili ces dernières années à donné naissance à une réalité sociale très complexe. Jeunes et adultes s’en allaient dans le but de retrouver un mieux-être. Cependant, les haitiens font face à une réalité très complexe qui demande une autre  forme d’adaptation.

    Le problème fondamental des haitiens reste jusqu’à aujourd’hui le chomage. Les chômeurs sont plus présents à Santiago que dans toutes les autres villes. Certains haïtiens gardent la même mentalité qui consiste à vivre dans la capitale, pendant que la possibilité d’emploi est mieux dans les autres villes. Ensuite, certains haitiens se comportent très mal au Chili. Ils portent des vêtements sales et parlent très fort dans des espaces publics.

    Vivre dans un pays étranger réclame un minimum d’éducation, surtout pour des gens qui vivaient bien avant à la campagne. La vie en milieu urbain est totalement different que celle du milieu rural. Malheureusement, certains haïtiens sont entrain de faire leurs premières experiences de vie en milieu urbain tout en faisant face à des difficultés d’intégration socio-économique.

    La vie est plus chère à Santiago que dans toutes les autres villes. Avec l’arrivée massive des haïtiens, le loyer est devenu très cher. Dans ce cas, un haïtien qui ne travaille pas ou qui gagne très peu aura de grandes difficultés à vivre dans la capitale chilienne.

    De plus, il y a une catégorie qui est sans métier et profession au pays. Ces gens peinent beaucoup à intégrer le marché du travail et gagnent très peu en raison de la qualité de travail qui sont à leur portée.

    Cependant, un haïtien qui est détenteur d’une profession a besoin d’être recyclé pour pouvoir intégrer le marché d’emploi. Donc, les travailleurs haïtiens sont nombreux dans des endroits comme des supermarchés, des restaurants, des jardins et des maisons exécutant des tâches ménagères, surtout pour les femmes.

    Mais le problème d’intégration se pose surtout du côté de ceux qui n’ont pas légalisé leurs papiers et qui n’ont pas de profession. Actuellement, de nombreux jeunes haïtiens sont mariés avec des femmes chiliennes qui sont de loin plus âgées qu’eux, dans le but d’obtenir avec facilité leur résidence.

    Par ailleurs, il y a un véritable calvaire pour les haitiens qui  veulent obtenir de l’Etat haïtien un cassier judiciaire. certains se plaignent de la lenteur des autorités haïtiennes qui peinent à leur envoyer un cassier judiciaire pour qu’ils puissent régulariser leurs dossiers.

    Des haitiens sont obligés de voyager pendant plus de 10 heures pour se rendre à l’ambassade d’Haïti au Santiago. D’autres sont obligés d’envoyer leurs empreintes digitales à l’ambassade qui les transfère au DCPJ. Mais ce processus coûte très cher au demandeurs de services.

    Actuellement, les autorités chiliennes parlent d’une éventuelle deportation pour des migrants sans papiers. Donc, même à ce niveau l’Etat haïtien ne peut pas pas fournir un service efficace aux haïtiens qui sont en quête d’un lendemain meilleur. Il faut rappeler que les transferts d’argent venant du Chili dépassent ceux de la France et du Canada. Dans ce cas, une meilleure intégration des haïtiens au Chili, fera du bien à l’économie haïtienne.

    LAISSEZ UN COMMENTAIRE

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here