Haiti – La situation aux Gonaïves fait peur, des hommes lourdement armés circulent en plein jour pour réclamer la démission de Jovenel Moise

    En plein air sous les mirettes des agents de police nationale d’Haïti, des hommes portant des fusil de guerre circulent depuis quelques temps dans les rues des Gonaïves en vue d’exiger le départ du président Jovenel Moïse.

    Cela a débuté lundi dernier après avoir échoué dans la tentative d’incendier le sous-commissariat de Bigot ce pour protester contre un agent de l’unité spécialisé UDMO qui aurait tiré selon eux sur un manifestant lors d’une journée de mobilisation émaillée de violence où les policiers ont dû faire l’usage excessif de gaz lacrymogène pour disperser une foule immense qui marchait dans leur direction en procédant à des jets de pierres.

    Mais depuis, ces individus lourdement armés qui s’assimilent à des manifestants abri-pouvoir ont circulé librement sans inquiétudes avec des fusils d’assaut et créent de la panique au sein de la population. Face à cette situation qui risque de s’aggraver dans les prochaines heures, des habitants de la cité de l’indépendance qui se sentent plonger dans la peur ont appelé à la responsabilité des autorités politiques et policières pour venir en aide afin d’empêcher à la recrudescence du phénomène de l’insécurité dans la ville comme c’était le cas avant et après le départ de Jean-Bertrand Aristide en 2004.

    Hier mardi aux alentours de 5h40 dans l’après-midi, ces hommes armés jusqu’au cou ont mis des barricades de pneus enflammés partout dans les grandes artères de la Cité de l’indépendance pour obstruer la circulation et empêchant aux riverains de se ravitailler. Ils ont tiré partout dans toutes les directions et mis le feu dans les locaux de la délégation départementale de l’Artibonite sous les yeux des agents de la police nationale d’Haïti qui semblent devenir impuissant.

    Ces sorties des individus armés viseraient selon certains à s’affronter aux policiers qui les auraient empêché de faire ce qu’ils voudraient lors des manifestations pour réclamer la démission du chef de l’État haïtien. Ils menacent de changer de stratégie de combat si Jovenel Moïse refuse de jeter l’éponge dans les prochains jours.

    LAISSEZ UN COMMENTAIRE

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here