Haiti – Les écoles congréganistes contraintes de clôturer l’année scolaire de manière anticipée

L’Institution Sainte Rose de Lima, les collèges Saint Louis de Bourdon, Marie-Anne, Canado Haïtien décident en raison des troubles politiques, selon des correspondances parvenues à la rédaction de Vedeth RI, de clôturer de manière anticipée l’année scolaire

Plusieurs grandes écoles de la région métropolitaine de Port-au-Prince ont cédé aux agitations socio-politiques de ces derniers jours. Elles ont donc pris la décision de mettre un terme à l’année scolaire 2018-2019 sans organiser des évaluations de fin d’année.

À situation délicate, décision délicate, le passage en classe supérieure sera calculé avec les évaluations faites durant les trimestres précédents.

Ce sont les écoles du réseau FIC qui ont donné le ton : Saint Louis de Gonzague, Jean-Marie Guilloux et Saint Joseph de Pétion- Ville. Celles-ci avaient décidé de terminer l’année prématurément car le mardi 11 juin, les élèves de Saint Louis de Gonzague ont été terrorisés par des protestataires qui mettaient le feu à la Radio Télé Ginen.

À ce stade où les élèves et parents sont de plus en plus paniqués par la violence conjoncturelle, le mieux c’était de ne pas exposer les élèves à ce genre de scène en les mettant à distance de la rue par des vacances plus tôt que prévues.

*

Après les écoles de ce réseau, d’autres établissements scolaires congréganistes emboîtent le pas. Ainsi, le Collège Canado, le Collège Marie-Anne, le Collège Saint Louis de Bourdon et L’institution Sainte Rose de Lima ont envoyé des notes aux parents des élèves pour leur annoncer la décision de suspendre les examens de fin d’année et que le sors des élèves résulterait des notes obtenues lors des examens précédents. Par conséquent, les élèves de ces écoles sont désormais en vacance.

Une décision prudente mais désavantageuse pour les élèves de 9e et de terminale qui, malgré tout, seront sanctionnés par le Ministère de l’éducation nationale.

Il convient donc d’attendre les dernières décisions du MENFP qui devra tenir compte de la conjoncture pour adapter les examens à la situation des élèves, afin qu’ils ne soient pas pénalisés. Beaucoup de jours perdus, des programmes inachevés, il faudra donc, pour les épreuves à venir, une décision spéciale.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here