Haiti – Les rescapés du massacre de La Saline jurent de ne plus retourner à vivre dans cette zone

    Forcés de laisser La Saline pour aller s’installer sur la place d’Italie sous les pressions et les attaques des bandits armés qui opèrent dans la zone depuis le début des turbulences politiques dans le pays, ces habitants crient au secours de l’État central ce jeudi face aux nombreuses difficultés auxquelles ils font face depuis leurs délocalisations survenues au lendemain du massacre perpétré aux soirs des 12 et 13 novembre 2018 à La Saline.

    Contrairement à la sortie médiatique du secrétaire d’État à la communication Eddy Jackson Alexis relative à cette affaire où il a déclaré vertement que le gouvernement avait été diligenté des démarches pour venir en aide aux réfugiés de la place d’Italie en procédant à la distribution des kits alimentaires et l’organisation d’une clinique mobile, ces nouveaux occupants de cet espace public ont critiqué d’entrée de jeu le pouvoir en place qui n’a pas pris en compte les problèmes qui l’ont poussé à laisser leurs domiciles pour venir loger dans un lieu où les conditions de vie sont extrêmement difficiles.

    Lors d’un long entretien accordé à la radio Kiskeya ce jeudi pour extérioriser ses principales préoccupations, ils n’ont pas ménagé ses mots pour critiquer les responsables de l’État actuel. Selon eux, ils n’ont pas reçu aucune aides du pouvoir central.

    De leurs avis, les gens qui habitent à La Salin actuellement n’ont aucun rapport à la zone, ils viennent des horizons divers. Ils se réclament d’être les vrais originaires de la Salin où des bandits armés avaient tué plus d’une vingtaine de citoyens lors d’un massacre attribué aux officiels de l’État par les organismes de défenses des droits humains dans le pays et surtout un rapport d’enquête détaillé du secrétaire général des nations unies qui a accusé le ministre de l’intérieur et des collectivités territoriales, Fednel Monchéry et le délégué départemental de l’ouest, Joseph Pierre Richard Duplan.

    Ils jurent de ne plus retourner à Salin car disent-ils, ces crimes contre eux allaient être perdurés à l’avenir. Avec des cris de désespoir, ces citoyens haïtiens ont fait appel à la sensibilité des autorités haïtiennes afin de les assister dans cette situation néfaste.

    Rappelons que la semaine dernière, Eddy Jackson Alexis, secrétaire d’État à la communication du gouvernement démissionnaire, a annoncé que le gouvernement haïtien par le biais du EPPLS a recensé plus de au moins 261 familles qui occupent la place d’Italie actuellement. Il avait annoncé aussi que des mesures vont de bon train pour essayer de réintégrer les rescapés du massacre de La Saline.

    LAISSEZ UN COMMENTAIRE

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here