Haiti – « L’opposition politique a un sens », déclare Joseph Lambert qui tourne le dos au président Jovenel Moïse

    À un moment où l’exécutif se trouve dans un marasme politique avec l’impossibilité de trouver la bénédiction du parlement haïtien autour de la ratification de l’énoncé de politique générale du premier ministre nommé Fritz William Michel, le sénateur du Sud-Est, Joseph Lambert, annonce officiellement, qu’il n’est plus en mesure de supporter l’équipe du palais.

    Cette nouvelle qui semblait être une rumeur, allait être confirmée par notre rédaction qui ne tardait pas à contacter les proches du sénateur Joseph Lambert qui a pris cette décision. Si l’on croit une interview accordée à un média de la capitale et relayée par notre agence, l’ancien président de l’Assemblée nationale a courageusement informé le palais national de l’impossibilité de continuer à soutenir un navire sans gouvernail qui ne prend pas en compte les problèmes du pays qui se dirige vers un éclatement populaire.

    Politicien de renom et négociant intelligent, l’animal politique comme il s’est surnommé, a déclaré ouvertement son opposition à l’équipe de Jovenel Moïse qu’il dit est incapable de mener à bien le pays.

    Dans un court message publié sur son compte Twitter ce lundi soir pour mettre fin aux nombreuses spéculations annonçant sa défection à l’équipe de Jovenel Moïse, l’ancien colistier de Joseph Michel Martelly au Palais national a essayé d’extérioriser en peu de mots, les dessous de sa décision dans un contexte politique bien plus particulier où le pays est déchiré.

    « L’opposition politique a un sens. Elle pousse le pouvoir à faire mieux si elle ne le renverse pas. Pour Mon Pays, ma solidarité qui a été totale a cédé pour une opposition éclairée et constructive. », a Twitter, Joseph Lambert qui avait montré vertement, ses attachements au président Moïse lors du blocage de Jean Michel Lapin au sénat de la république par le groupe 4 des sénateurs de l’opposition.

    Cité dans les coursives du palais national pour devenir premier ministre en lieu et place de son poulain Jean Michel Lapin, l’élu du département du sud-est avait été contacté par le président de la république personnellement au mois de juillet dernier pour lui expliquer de ses principales préoccupations dans la nomination du citoyen Fritz William Michel.

    Qui se dessine derrière cette défection ?

    Dossier à suivre..

    LAISSEZ UN COMMENTAIRE

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here