HAÏTI PEUT- EllE REUSSIR MEME SI ELLE A CHOISI DE DEVENIR UN PAYS PAUVRE… ?

    Par Yveson DUKENSON,

    Une mise en opposition de deux thèses autour de la réussite économique du pays.

    Cette question met en évidence une contradiction flagrante.  Car, elle a sensée réunit les thèses radicalement opposées de deux ouvrages.  Elle traduit par-dessus toute la divergence d’opinion (déclarée ou non) qui existe actuellement entre deux remarquables esprits en matière d’économie en Haïti. Enomy Germain, spécialiste en Dévéloppement Economique et Etzer Emile, économiste specialisé en Banque et Finances.

    En Novembre 2017, Ezer Emile publie « Haïti a choisi de devenir un pays pauvre : Les vingt raisons qui le prouvent ».  Dans ce livre, monsieur Émile fait des réflexions directes sur la déstructuration et l’effondrement de l’économie nationale et donne les raisons explicatives. Il met en lumière le long processus d’affaiblissement et de disparition de nos institutions qui va dans la logique de ces choix.  Il se démarque également des réponses habituelles aux problèmes du pays qui visent à rendre les autres responsables de nos péripéties. Même s’il ne met pas en cause une certaine responsabilité des pays dit amis d’Haïti dans sa débâcle économique et sociale.

    Globalement, l’ouvrage a eu un grand succès. Dans plusieurs endroits du pays et de la diaspora haïtienne l’auteur avait été sollicité pour signer des exemplaires et expliquer la thèse qu’il défend dans son livre.  Plusieurs articles de journaux et émission de radios lui avait été consacré…

     Des intellectuels très connus du pays avaient pour la plupart partagés les idées exprimées dans le livre. Kesner Pharel par exemple a écrit : « l’analyse d’Etzer Emile montre que ces choix dans les domaines politiques, économiques et sociaux ne placent pas le pays sur la voie de la croissance inclusive devant conduire au développement durable. Ce livre devrait aider les preneurs de décisions à bien comprendre les défis pour positionner le pays sur la bonne voie ». Avec ce commentaire, monsieur Pharel s’inscrit clairement dans même la ligne de pensée que l’auteur. 

    De son côté, le Docteur Fritz Dorvilier avait une position plus nuancée mais en définitive tombe d’accord avec l’auteur. Il a commenté : « le livre d’Emile se révèle, a contrario, un essai sur le développement. Car, par le biais de certains manquements, il saisit le processus d’appauvrissement d’Haïti d’un point de vue systémique. C’est dire qu’il montre de manière convaincante, en se basant sur des données socio-économiques et politiques empiriques, que la société haïtienne n’a pas su appréhender le fait que le développement est le résultat d’un ensemble ordonné et guidé de facteurs ».

    Mais, Michele Oriol faisait partie de ceux et celles qui étaient très critiques envers l’auteurs et les idées qu’il défendent dans son livre.  La sociologue qui a longue carrière dans la fonction publique haïtienne avait publié, dans les colonnes du Nouvelliste en date du 02 février 2018, un très long et détaillé article pour exprimer ses désaccords sur divers points sur l’idée selon laquelle Haïti avait choisi de devenir pauvre, développée  dans le livre. https://lenouvelliste.com/article/182826/en-lisant-le-dernier-livre-detzer-emile

    Récemment, Comme pour répondre à une thèse par une autre.  Economy Germain dévoile via les réseaux sociaux le titre de son premier ouvrage. « Pourquoi Haïti peut-il réussir » Le titre a lui seul suscite un très grand intérêt. Les compliments à l’égard du jeune économiste fusent de toutes parts.  Il ya du nouveau dans la littérature économique, déjà une très bonne chose pour le pays. On s’attend donc à ce que l’auteur prenne le contre-pied de l’idée selon laquelle le pays serait condamné.  On s’attend aussi (pourquoi pas) qu’il aille à l’encontre de la thèse défendue par l’auteur de : Haïti a choisi de devenir un pays pauvre, les vingt raisons qui le prouvent.

     Avec ce livre, Enomy Germain vient de nous vendre l’audacieuse idée qu’Haïti n’est pas condamnée en dépit de la situation délétère dans laquelle nous vivons.  Pourquoi Haïti peut réussir ? est la difficile question à laquelle tentera de répondre monsieur Germain dans cet essai d’économie politique édité par C3 EDITIONS que les lecteures auront l’opportunité de découvrir à partir du 13 août prochain.

    Par rapport à ceux qui ne veulent pas  opposer la thèse qu’il défend dans le livre à celle d’Etzer Emile, l’auteur répond sans équivoque « Pourquoi Haïti peut réussir… est une réponse a toute conception faisant croire que le pays est condamné à patauger dans l’échec. Je pense aussi que le pays n’est pas l’unique responsable de sa pauvreté. Une telle conception est réductionniste, elle néglige les jalons de l’échec. L’analyse est donc biaisée ». Ainsi donc, Haïti a choisi de devenir pauvre…est une thèse, Pourquoi Haïti peut réussir en est une autre.  Les deux défendent des positions contraires en ce qui concerne la difficile problématique du développement d’Haïti.

    En attendant la sortie de l’essai d’économie politique d’Enomy Germain, où l’on pourra analyser en détails les arguments qu’ils présentent pour soutenir sa thèse, on peut déjà féliciter sa démarche.  Il a non seulement osé de répondre à une très difficile question. Mais, il s’est inscrit dans une démarche à la fois scientifique et académique en proposant une thèse « argumentée » pour prendre le contre-pied d’une autre sur un sujet d’actualité et d’une  très grande importance.

                                                                                         

    Yveson DUKENSON,

    MSc. Développement Economique.

    LAISSEZ UN COMMENTAIRE

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here