Haiti Santé – Les internes de l’Université Quisqueya et de Notre Dame mettent la ministre de la santé en garde et promettent le pire, si…

    8 mois de services sans avoir pu bénéficier la moindre de ce qui leur appartenait telle est la situation qui a provoqué la colère des jeunes médecins haïtiens ayant décidé de se mettre aux services de la population haïtienne après avoir passé 5 ans sur les bancs de la faculté.

    Dans les hôpitaux universitaires, ils jouent un rôle crucial. Ils sont des internes, mais la plupart du temps, leur rôle va au delà de ce qu’ils auraient pu imaginer. Ils jouent en effet, certaines fois, le rôle d’infirmiers, petits personnels et même de brancardiers. Ce sont, malgré eux, des rudes travailleurs humiliés par la République. l’Etat les oublie.

    C’est ainsi qu’ils décident depuis quelque jours de réclamer pacifiquement ce que l’Etat leur doit.

    Nous travaillons depuis 8 mois et nous n’avons reçu une gourde de ce que l’Etat nous avait promis. Loin de la famille, nous sommes responsables de tous. Logements, nourriture, vêtements et autres,nous sommes seuls…

    Nous sommes très souvent menacés par les parents des malades car nous n’avons pas le droit de les laisser seuls. Nous travaillons plus de 16 heures par jours et ceci du premier au dernier jour du mois.

    10 mille gourdes par moi est la somme que l’Etat nous avait promise. De ces 10 000 gourdes, il faut enlever 1000 pour les taxes, il nous reste donc 9000. Ces 9 000 gourdes, nous ne les percevons pas depuis plus de 8 mois. Nous les réclamons immédiatement. Il faut donner à César ce qui lui appartient car ce ne sera pas un cadeau. Celui qui travaille, surtout lorsqu’il exécute sa mission convenablement, mérite son salaire.

    Mme Greta Roy Clement, vous étiez interne comme nous, vous savez ce que cela fait d’être interne, nous vous demandons dans le plus bref délai de nous verser l’équivalent des 8 mois que vous nous devez. Telle est la déclaration de l’un des internes manifestement en colère contre l’Etat haïtien aujourd’hui.

    Exaspérés par le comportement humiliant, honteux de l’Etat, les internes qualifient les autorités haïtiennes de responsables du départ forcé des 85% des jeunes professionnels haïtiens qui décident d’émigrer dans d’autres pays. Ils en ont marre de ce système nauséabond, en putréfaction depuis un certains temps.

    Ainsi, ils menacent de paralyser l’ensemble des activités des hôpitaux dans les jours à venir. Ils visent notamment l’hopital universitaire Justien, 2e plus grand hôpital du pays.

    Le mouvement ne visera pas que cet hopital car ils visent également d’autres hôpitaux auxquels ils sont affectés. Sans nous les malades meurent car nous sommes ceux qui sont plus proches d’eux, parfois nous collectons notre argent pour les aider à acheter des bonbonnes d’oxygène, de solutés et bien plus encore déclare un des grévistes.

    Une colère légitime, évidente qui ne doit pas rester sans réponse si l’Etat veut montrer qu’il respecte les malades et qu’il est le premier à les protéger. Les internent réclament donc les 8 mois dus. Ils attendent une réponse concrète pour éviter le pire car ils n’ont pas la volonté de pénaliser les patients.

    Énervés, ils qualifient la ministre de la Santé de femme sans cœur qui travail pour consolider un système criminel aux détriments des jeunes qui se sacrifient pour leur pays.

    En attente d’une réponse favorable à leur requête, ils préparent d’autres plans qui seront probablement plus terribles. Pour éviter l’inévitable, l’Etat seul à la réponse…

    LAISSEZ UN COMMENTAIRE

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here