Haiti – Une rentrée des classes plus difficile que jamais

    Dans deux semaines, ce sera la réouverture des classes, jusqu’à présent, des parents, surtout les plus démunis, ne savent plus à quel saint se vouer pour envoyer leurs enfants à l’école. Cette année, la décote de la gourde, la chèreté de la vie et l’insécurité ont un impact plus négatif sur la rentrée scolaire.

    La mauvaise situation économique que traverse le pays est alarmante et engendre un avenir incertain surtout pour la jeunesse haïtienne. Des mères et pères de famille affirment que les choses vont de mal en pis, au cours de l’année écoulée, ils ont eu beaucoup de mal à nourrir leurs enfants quotidiennement et les envoyer à l’école, c’est ce qui a représenté et qui représente encore pour eux un véritable défi très difficile à relever.

    L’inflation et la hausse des prix des produits de première nécessité ne font qu’exacerber la misère, et enfoncent la plupart des familles haïtiennes dans un véritable étau. Elles ont du mal à joindre les deux bouts et s’enlisent de plus en plus dans la mouise.

    La rentrée scolaire sera très difficile cette année, comme pour les précédentes, ce sera un casse-tête pour les parents de payer les frais de scolarité. Cette année sera la plus pire de toutes les précédentes années. Certains parents affirment qu’ils n’ont même pas pu retirer le dernier bulletin de l’année scolaire écoulée. Quoique ce n’est pas un tout nouveau, mais cette année le nombre des carnets restés dans les directions des écoles est beaucoup plus élevé.  » La réouverture des classes arrive, jusqu’à présent les carnets scolaires de mes deux filles sont encore à l’école et je suis dans l’impossibilité de payer le montant dû pour les prendre  » a martelé une mère.

    Il faut cependant préciser que certaines écoles malgré la mauvaise situation financière qu’endure certains parents ont leur part de responsabilité et contribuent malhonnêtement aux déboires de ces parents, sans aucune appréhension pour eux, ces directeurs d’écoles augmentent vertigineusement les frais de scolarité, sans compter l’achat des manuels scolaires qui représente une somme exagérée.

    Avec de l’impatience, les parents attendent toujours la subvention des livres qui arrive bien souvent tard. Une subvention qui représente pour les parents les plus nécessiteux un soulagement, vu le coût très élevé de ces manuels scolaires. Toutefois, les parents condamnent aussi le laxisme du gouvernement qui ne fait rien pour améliorer la précarité de certaines familles en n’interdisant pas le comportement malhonnête de certains directeurs d’écoles qui augmentent de façon excessive les frais de scolarité.

    Face à un taux de chômage grandissant, les parents sont complètement dans l’impossibilité de répondre à leurs obligations familiales. Cette année, ils se trouvent vraiment entre l’enclume et le marteau, car l’obligation familiale c’est le droit qu’ont les enfants de recevoir le pain de l’instruction.

    LAISSEZ UN COMMENTAIRE

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here