Jovenel Moïse a finalement décidé de constater le renvoi des 2/3 du sénat de la République

    Alors que ce lundi 13 janvier marque la fin de la 50ème législature, Le Président de République Jovenel Moïse à travers un tweet dit constater la caducité du parlement  dûe au départ de la chambre des députés et des 2/3 du sénat. Pourtant le débat semble n’être pas prêt de finir suite au constat du Président. Il y a certains sénateurs qui estiment qu’au contraire que les 2/3 du Sénat devraient encore rester car le mandat de certains sénateurs n’est pas encore arrivé à terme. Le Sénateur Latortue a évoqué l’article 50.3 de la loi électorale pour défendre son mandat qui n’a pas terminé selon lui.

    Selon Jovenel Moïse,  à compter d’aujourd’hui le Parlement haïtien est caduc. Alors que les débats n’ont pas cessé concernant le sort des 2/3 du Sénat. Vont-ils partir ? Vont-ils rester ? étaient parmi les grandes inquiétudes. Si tout le monde ne se mettait pas d’accord sur une réponse commune, tout le monde mentionnait la constitution pour justifier sa position. Lors d’une interview donnée par Jovenel Moïse durant le week-end, il a précisé que c’est la constitution qui allait trancher. De même pour l’un des sénateurs de l’opposition , Youri Latortue, il est impératif de se reposer sur la constitution. C’est ainsi que hier soir, M.Latortue a, sur compte twitter, mis le Président en défi de contredire l’article 94.2 de la constitution et l’article 50.3 de la loi électorale qui fixe le mandat des premiers sénateurs à une durée de 6ans.

    Après le tweet du Sénateur Latortue hier soir, vint le tour du Président de faire le tweet qui allait faire la une dès sa publication aux environs de Minuit. D’après le tweet, la chambre des députés et les 2/3 du Sénat doivent partir en vertu de la Constitution. Lequel départ occasionne un vide institutionnel. M.Moïse estime que le vide institutionnel est une opportunité pour les acteurs qui doivent s’unir afin de passer d’un Etat prédateur à un Etat serviteur et de mettre fin à la crise permanente qui hypothèque le futur des haïtiens.

    Il faut signaler qu’autour de débat, d’autres opposants ont une opinion différente de Youri Latortue. Selon ces derniers, il ne fait aucun sens de défendre un certain mandat alors que le pays est à l’agonie. Pour Garry Bodeau, ex-député et président de la chambre des députés, le moment est venu pour les haïtiens de se mettre ensemble en vue de rédiger une nouvelle Constitution qui élaborera une nouvelle façon de gouverner.

    LAISSEZ UN COMMENTAIRE

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here