Le départ de Jovenel Moise est renvoyé

    Face à la mésentente entre le secteur démocratique et Fanmi lavalas sur une simple proposition de sortie de crise, le départ du président Jovenel Moïse tant souhaité par l’opposition politique et une grande partie de la population, semble ne pas être pour demain.

    Pour après-demain, ce mois-ci, voire cette année, il va falloir repenser beaucoup de chose. L’opposition n’est pas encore prête.

    .

    Jovenel Moïse n’a plus le gouvernail du pays, le constat est flagrant. Il avait perdu le contrôle même avant le début des mouvements du 9 juin. Pourtant, il est là encore ! C’est lui, le président d’Haiti. Notre président.

    Il est d’une part coincé, malgré lui, dans les bras d’ une frange à l’échelle internationale. Il est protégé d’autre part, malgré eux, par ses soit disant opposants qui, pourtant, ne veulent pas le renverser.

    Ces opposants, ils prétendent parler haut et fort au nom du peuple, prendre le pouvoir en son nom ; en réalité, ils mentent. Au nom de quel peuple prétendent – ils agir ? Cette question retrouve tout son sens après l’éclatement du scandale Lavalas vs opposition ce matin. Lavalas et l’autre branche de l’opposition plus radicale dit-on s’entre-tuent alors qu’en réalité ils devaient tous se mettre à coté du peuple.

    Une preuve de plus qui montre a quel niveau l’homme politique haitien ne se soucie pas véritablement de la misère de ceux qu’il prétend défendre. Ils mentent tous. Et Le peuple qui ne veut plus de scénario politique, mais un réel changement commence à en avoir marre.

    Il en a assez de ces feuilletons, de ces jeux malicieux.

    Messieurs les opposants, vous vous battez entre vous, pourtant vous êtes tous de la même souche politique. Faites ce que vous avez à faire pour donner au peuple un peu de satisfaction.

    Faites plaisir au peuple qui ne souhaite que la démission de Jovenel Moïse, ce président dont le nom figure parmi les indexés du rapport accablant de la cour des comptes, dénué de toute crédibilité et de moralité pour mener à bien la barque du pays.

    Ceux qui doivent sauver le président dont le navire se trouve en très grande difficulté dans l’océan de la corruption, ne devraient pas être de l’opposition radicale ou modérée. Non.

    Malheureusement, certains membres d’une très grande famille politique du pays qui s’identifie d’ailleurs de l’opposition n’ont pas compris ça. Ou bien, ils ignorent volontairement le besoin du peuple. Par orgueil, ils renforcent malgré eux, et contre la population, Jovenel Moïse, en rejetant la proposition de sortie de crise du secteur démocratique et ses alliés.

    Un rejet qui vient à un très bon moment.

    Les pro Jovenel n’attendaient que ça d’ailleurs. Se sot ki bay, enbesil ki pa pran, se sa yo di… Ils l’ont bien compris, c’est pourquoi ils reçoivent favorablement le support du parti fanmi Lavalas.

    Se sentant renforcés, ils commencent déjà à crier que le renvoie de Jovenel ne sera pas pour demain. Il est renvoyé, sa date exacte reste inconnue disent-ils. Et le peuple ?

    LAISSEZ UN COMMENTAIRE

    5 Commentaires

    1. Vwè Ayisyen yo pa anpil non men plen tineg gwo zòteyi mal veyan kap konplote sou do pêp sa.
      Yo tout vle vinn rich sèl nan sak rele politik la.
      Men nou poko pèdi spwa C konn ya twi a konmancé fèt,nou pwa’l vwè Pitit tè sa????

      • Mezanmi, sin renmen ayiti vre anbay peyi a yn chans.. Politisyen yo ap souse let manman bef LA. San nou pap pran swen bef LA.
        Si nou pa antan nou . yo pa renmen ayiti vre c piye yo bezwen piye vin plen poch yo za f pep LA.
        So jovenel ale konsa peyi a ap vin tonbe nan tou plimal.
        Poukisa,
        Paske aprè depa a c goumen Pou pos kap genyen.
        C enterè pa yo chak group ap defann.
        Si c konsa prezidan an pap f yn pa .
        Opozisyon an ayiti paprogresiv .ou pa ko janm tande ke menm yon kreye menm yon lekol kominotè . chita mnte tet moun ki pa k reflechi . fe yo boule kayotchou .

    2. Combattez la misère l’exclusion l’injustice sociale la haine la jalousie
      Avoir de vrai projet,la méfiance est une pathologie grave qui ronge le peuple haïtien
      Un homme intelligent ne gaspille pas son temps à vouloir tout pris,de faire tomber
      Le président.

    3. Fallait qu’il y a un génocide étatique,il faut détruire ce présent arbre politique de la racine jusqu’àux branches. Il est temps de bannir ce système afin de tirer une vie meilleure.il faut que l’acte de naissance du pays change, abrogerer une certaine
      prérogative à des dirigeants malfrats,insensé et absurde.

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here