Le mouvement anti Jovenel va se poursuivre ce 17 octobre 2019

    L’ensemble des organisations politiques de l’opposition annonce de nouvelles mobilisations pour ce 17 octobre 2019. Sherline Pierre-Louis et Etzer Jean-Louis réitèrent leur volonté dans la lutte pour la démission de Jovenel Moïse. Sherline Jean-Louis rappelle que 17 octobre 1806, Dessalines a été assassiné. Deux cents après, le pays n’a pas d’hôpitaux, d’écoles et eau potable. Actuellement, toutes les portes des institutions sont fermées. Le président se met avec des députés voraces pour rendre captif le pays. C’est pourquoi Fanm Djanm lance un appel à toutes les femmes qui sont en Haïti et à l’étranger pour venir aux manifestations. Celles qui sont à l’étranger doivent manifester là où elles sont. Mais elle invite les et les artistes au rendez-vous du 17 octobre 2019 pour continuer dans la lutte contre le pouvoir. 

    Par ailleurs, Etzer Jean-Louis, constate que Jovenel Moïse a mis le pays à un niveau zéro. Aujourd’hui, il a trahi la population dans tous les domaines. En ce sens, il l’ance un appel aux artistes pour continuer avec la lutte pour le départ de Jovenel Moïse. Le 17 octobre 2019, la bataille va poursuivre. Il convoque les artistes sur la place de Dessalines pour qu’ils aillent déposer une gerbe de fleur à Pont-Rouge. Ensuite, ils iront aux abords de l’ambassade américaine pour dénoncer les dérives de Jovenel Moïse. Il prétend que Jovenel ira au pénitencier national pour les crimes commis dans le pays

    Edouard Saint-Fleur du Mouvman Leve Kanpe, croit que c’est la dernière bataille. Il déclare que Jovenel Moïse n’a pas droit de commémorer la mort de Dessalines cet année. Après 5 semaines de mobilisation, on constate que Jovenel Moïse se cache dans un coin pour prononcer un discours insensé. Le peuple n’a pas besoin de rapports, mais il réclame la démission. Il rappelle que Jovenel avait reçu des bateaux de tôles, de bois et du riz, il n’avait donné aucune explication à la population. Le peuple est dans la rue et il réclame le départ de Jovenel Moïse qui se plaint et cherche à proférer des menaces et intimidations à l’endroit des journalistes et des citoyens. Il arrive à politiser la police nationale qui fait des exécutions au sommet. Donc, aucun dialogue n’est possible avec Jovenel Moïse. Toutes ces explications doivent être données par devant un tribunal criminel. Edouard Saint-Fleur rappelle à Normil Rameau que la police esr une institution apolitique. Il estime que Jovenel Moïse n’a pas droit de parler nul part sur le territoire national.

    LAISSEZ UN COMMENTAIRE

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here