Le Paradoxe du Beau en Haïti

    Il n’y aurait rien plus de beau que de rechercher la beauté. D’ailleurs, la recherche du beau et le désir d’être  esthétique  est anhistorique.  Depuis un certain temps,  beaucoup de jeunes et  adultes haïtiens cherchent à se faire paraitre beaux.  Cette course effrénée vers une certaine beauté corporelle  surgit dans un contexte de baisse spectaculaire du niveau de vie de l’homme haïtien. Dans l’espace virtuel comme dans l’espace physique haïtien,  le travail de l’apparence s’impose. Des applications mobiles comme des recettes cosmétiques facilitent la tâche.

    Avec les réseaux sociaux numériques, les corps esthétisés deviennent viraux. La projection d’une image soignée de soi hante les générations smart. On a même caricaturé ça en disant : « la beauté d’une personne d’aujourd’hui dépend de la marque de son téléphone ». Tandis qu’au moment où les studios de beauté pullulent, la consommation des produits cosmétiques augmentent, l’usage des Smartphones s’accroît, les préoccupations d’ordre environnementales s’amoindrissent vertigineusement.

    Aujourd’hui, l’insalubrité, la dégradation de l’environnement, les constructions anarchiques raccourcissent l’espérance de vie au strict minimum. Les bouches d’égout à ciel ouvert et les eaux stagnantes alourdissent notre laideur collective. Paradoxalement, l’homme et la femme esthétisés ferment leurs yeux  sur cet environnement délétère.  Les détritus, les cochons et les gens bien-odorants se mettent en ménage au grand confort.  Maintenant, l’architecture et l’encadrement de la façade des gens est une source de préoccupation et d’investissement. Ce qui  est normal. Il faut bien grimacer devant le miroir avant de sortir ou de se partager sur les réseaux sociaux numériques.

    Par ailleurs, ça demande du temps aussi.  Et, alors, dans les rues, vous attendez des appellations sentimentales. Sur les réseaux sociaux, vous contrôlez des cute et des Like. Alors que les routes quotidiennes dont les gens esthétisés parcourus sont jonchées des montagnes de fatras, d’égout à ciel ouvert (…). Il se peut qu’elles soient celles menant à l’église, au marché, à l’école(…). L’homme apparent qui cherche à vendre une image esthétique d’eux-mêmes fait abstraction de son environnement morbide dans sa quotidienneté. Ce qui parait bizarre et paradoxal.  Assurément, C’est l’environnement sain qui vient au support du corps esthétisé.

    Le marché du beau imprègne tellement notre quotidien, nous avons l’impression que nous vivons dans une société transesthétique. Certains s’en servent dans une logique capitaliste.  D’autres s’en servent comme marque de distinction par rapport à autrui.  Quel que soit la tournure, cette pensée du beau ne se manifeste pas dans les relations des gens esthétisés  avec son environnement physique. Il cherche à soigner la vue par rapport à autrui. Mais, il ne prend pas autrui dans son espace.  Si nous cherchons la face de nos semblables, nous sommes en hostilité avec le reste de la nature.

    L’environnement est un tout. Etre beau dans un tout-laide  est un paradoxe du beau.   Est-ce un symbole de déconnection de l’environnement physique insalubre ?  Non !  Pas du tout ! D’abord, l’image travaillée qu’il vend sur mesure à autrui l’éprouve. Les Photoshop, les photos shoot prennent souvent dans une série de positions spécifiques de l’environnement.  

          

    Dans un environnement insalubre, les gens esthétisés se creusent un espace attrayant pour se prendre en photo. En se rendant sous un paysage artificiel ou à proximité d’une source d’eau pour se prendre une photo et se vendre une image travaillée, ils reconnaissent la beauté de la nature. Alors que l’homme haïtien peut avoir un corps esthétisé, dans un environnement morbide, il n’aura jamais un corps sain.

    En  Parlant de la beauté du corps, les gens esthétisés n’en sont pas vraiment soucieux.  Dans la recherche de cette beauté, la culture du sport n’évolue pas encore en Haïti. Et, la question de nutrition reste et demeure plus inquiétante. De toute façon, il y a lieu de  chercher à comprendre ce qui explique la passivité  des  gens esthétisés devant la situation alarmante de l’environnement délabré Haïtien?

             

    Wilson Archange Saint-Brun

                    40369591(watsapp)

    LAISSEZ UN COMMENTAIRE

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here