Le président des États-Unis d’Amérique prolifère ses attaques contre les quatre élues démocrates

Décidément, Donald Trump ne compte pas lâcher prise, il persiste encore dans ses attaques contre les quatre élues démocrates malgré les diverses critiques suscitées par son comportement au camp des démocrates mais également au camp des républicains.

La semaine écoulée, Trump avait demandé à ces élues démocrates de retourner dans leur pays, des propos qu’on a cependant qualifiés de racisme et de xénophobie. Malgré les controverses de ses propos racistes, ce dimanche 21 juillet, Trump a récidivé.

Les quatre élues démocrates de la chambre des représentants sont toujours dans le collimateur du président. Alexandria Ocasio-Cortez de New York, Ilhan Omar du Minnesota, Rashida Train du Michigan et Ayanna Pressley de Massachusetts n’aiment pas le pays. « Je ne crois pas que les quatre élues du Congrès soient capables d’aimer notre pays » a déclaré le président américain.  » Elles devraient présenter des excuses à l’Amérique et Israël pour les horribles et haineuses choses qu’elles ont dites ». « Elles détruisent le parti démocrate, mais elles sont des personnes faibles et instables qui ne peuvent en aucun cas détruire notre grande nation » selon Trump. Le président américain ne se soucie guère des critiques dont il est l’objet depuis la semaine dernière.

Lors d’une rencontre en Caroline du Nord, les partisans du président américain ont fortement scandé  » Renvoyez- là, renvoyez-là  » à l’endroit de l’une d’entre elles qui est issue d’une famille somalienne, Ilhan Omar devenue américaine. Emeute que Trump dit ne pas provoquer dans un tweet samedi et qu’il n’était pas particulièrement d’accord avec ces chants.

Il écrit que c’était juste une grande foule patriotique qui aiment leur pays, les États-Unis. Une motion condamnant les propos racistes de Trump a été adoptée mardi par la chambre basse du Congrès en grande partie des démocrates. Plusieurs grandes personnalités étrangères ont eux aussi condamné fermement le comportement raciste de Donald notamment Angela Merkel la chancelière allemande et la première ministre britannique Theresa May.

Que veut bien obtenir Donald Trump à travers ses agissements qualifiés de racisme en faisant fi des différents critiques faits à son endroit. Peut-être qu’il croit et compte bien avec cette attitude réelu président des États-Unis d’Amérique lors des prochaines élections en 2020.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here