Non, la Radio Télévision Caraïbes n’a pas été attaquée par des manifestants

Contrairement aux nouvelles relayées par divers médias qui feraient croire que la RTVC a subi hier la rage populaire lors de la deuxième journée des 7 tours du Palais national, Jean-Monard Métellus a déclaré que le média n’a pas été attaqué. En tout cas, il n’a pas été ciblé, selon le journaliste qui a porté cette rectification ce matin à l’émission Ranmase. Il dit que La RTVC n’a jamais été ciblée par les manifestants. Ce qui s’est passé hier rentre de préférence dans un contexte de dérapage généralisé.

Que s’est-il donc passé réellement ?

Le journaliste des émissions Intersection et Ranmase sur Radio Caraibes, explique qu’il y a eu véritablement une tension à la Rue Chavannes, toutefois dit-il, les manifestants ne s’étaient pas mis dans la tête d’attaquer la RTVC particulièrement. Selon lui, il est normal qu’après ces types de mouvement, que les manifestants déchargent leur frustration. Dans ce contexte là, il y avait des pneus enflammés, des voitures dont les vitres ont été brisées mais pas exactement devant le local de la RTVC, c’était un peu plus haut, aux environs de la Rue capois.

Par ailleurs, il a informé que des manifestants se sont tenus debout sur sa voiture pendant un moment, mais quand il est sorti et que ces derniers remarquent que la bagnole était la sienne, ils y sont très vite descendus.

Jean-Monard a tenu également à préciser qu’aucun de ses collaborateurs à la RTVC ne s’est plaint d’avoir eu les vitres de leur voiture cassées. Et, cela aurait pu dégénérer si les chefs de file n’avaient pas ramené les manifestants à la raison.

Si les chefs de file du mouvement n’ont pas été d’accord avec ces actes de violence à la Rue Chavannes, il parait donc raisonnable de croire que la RTVC n’était pas directement ciblée. Cela peut – être considéré comme un dommage collatéral. En outre, le leader d’opinion a fait savoir qu’un journaliste de Zénith a également eu sa voiture cassée au niveau de Lalue. Au Cap haïtien, c’était la même situation. Beaucoup de pare-brises ont été cassés.

Ce moment de trouble, a surgi, faut-il bien le rappeler au moment où la Radio Caraïbes célébrait ses 70 ans. Dieu merci, le pire n’est pas arrivé car les fans de la RTVC auraient pu ne pas s’en remettre si facilement.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here