« Nous voulons pas de Jovenel Moïse et il doit partir », ont lancé des élèves à Port-au-Prince ce lundi

    Répondant à l’appel de la mobilisation des syndicats des enseignants ce lundi pour exiger la démission du président Jovenel Moïse, plusieurs centaines d’élèves toutes classes confondues ont manifesté dans la capitale haïtienne pour exiger la démission du chef de l’État et la réouverture des classes.

    Au cours de cette manifestation pacifique, des élèves, enseignants et parents ont exprimé leurs revendications et demandé à Jovenel Moïse de donner sa démission.

    « Nous voulons pas de Jovenel Moïse à la présidence d’Haïti. Nous exigeons sa démission pour n’avoir pas la capacité pour diriger le pays. », ont lancé les écoliers qui exigent la réouverture des classes sans la présence de Jovenel Moïse.Nous décidons de retourner à nos établissements scolaires dans un plus bref délai pour un meilleur apprentissage. Mais pour y parvenir, Jovenel Moïse devra partir du palais national. Tant qu’il est au pouvoir, les portes d’écoles resterons fermées, Poursuivent, les jeunes écoliers indignés et frustrés par la résistance de Jovenel Moïse qui n’est pas en mesure de garantir une date pour la réouverture des classes.

    S’agissant des enseignants du département de l’ouest du pays présent à cette nouvelle journée de mobilisation, Jovenel Moïse n’a digne pour diriger le pays. Pour que les établissements scolaires reprennent du travail, ça doit-être débuté par le renvoie de l’inculpé afin de procéder à de réformes institutionnelles.

    « Nous sommes fatigués d’entendre à la radio l’histoire de cet homme. Nous voulons recommencer à travailler, mais avec Jovenel Moïse au pouvoir, nous resterons autant de fois à la maison sans mettre pied au champ de travail car, ce président n’a pas de honte. Nous ne voulons plus continuer à vivre sous ses yeux » persistent des enseignants haïtiens qui ne décolèrent pas face au refus de l’élu du PHTK.

    Rappelons que depuis le lundi 16 septembre, les portes des différents établissements scolaires privés et publics du pays restaient fermées avec l’intensification des journées de manifestations anti-gouvernementales à travers tout le pays pour réclamer le départ de Jovenel Moïse.

    LAISSEZ UN COMMENTAIRE

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here