Olicier Pieriche rappelle à Jovenel Moïse toutes les fois qu’il l’a conseillé à prendre les bonnes décisions

    L’ex-ministre haïtien sous la Présidence de Joseph Michel Martelly, Olicier Pieriche fait une piqûre de rappelle au Président Jovenel Moïse, lors de son intervention au Journal ( Premye okazyon) diffusé sur les ondes de la Radio Caraïbes. Endossant aujourd’hui son costume d’opposant au Régime PHTK, M. Pieriche profite également de sa prise de parole pour formuler quelques propositions à l’endroit de l’Opposition.

     » Le 21 novembre 2016 j’avais conseillé au Président élu d’alors, Jovenel Moïse, de monter un Gouvernement d’entente national », pour le bien de tous. Malheureusement, « le Président a fait la sourde oreille, et traîné le pays au bord de l’abîme », voilà qu’aujourd’hui il parle d’union nationale », fait savoir le chef du Parti Reconstruire Haïti.

    Encore,  » le 5 février 2017, lors des 3 jours de jeûnes organisés au Palais Municipal, à Delmas 33, j’avais profité pour l’avertir publiquement sur ce qui allait arriver », mais sans succès.

    De plus, j’avais aussi anticipé le revirement de l’international par rapport au dossier de M. Moïse. En formant une Comission de dialogue pour définir les stratégies d’une sortie de crise, le pouvoir m’a donné raison, affirme Olicier Pieriche, qui, sans conteste ne supporte pas la présence de l’Entrepreneur à la tête du pays.

    En effet, toujours selon l’ex-ministre des haïtiens vivants à l’étranger, les deux Commissions formées par chacun des forces en présences ( à savoir le Pouvoir, et l’Opposition), et presque sur un ton ironique doivent statuer sur la mise en place d’un Gouvernement de transition, qu’il invitent à faire choix de Madame Wendell Coq, Juge à la Cour de Cassation.

    Pour le chef du Parti Reconstruire Haïti, récemment converti en opposant au Pouvoir, si les acteurs sur le terrain veulent que des élections libres, honnêtes et démocratiques soient réalisées au pays, il faut rééditer la même méthode employée en 1990, lorsque la Classe politique d’alors avait permis à la seule femme Juge de la plus haute instance de Justice du pays, d’organiser les premières élections démocratiques du pays. Parce que ce sera plus difficile de faire autrement constate-t-il, car même après 30 ans, le décor politique haïtien n’a pas changé.

    Tout en souhaitant pour le chef de l’État un départ en douceur, Monsieur Olicier Pieriche propose pour le prochain Gouvernement d’entente nationale, avec à sa tête Mme Coq, les tâches dont il aura à accomplir : 1) Préparer le cadre de la Conférence nationale haïtienne souveraine; 2) Organiser les élections générales dans tout le pays; et 3) Procéder à la révision de la Constitution.

    LAISSEZ UN COMMENTAIRE

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here