Paul Denis réclame la démission de Jovenel Moise, Sadrack Dieudonné craint une guerre civile ; Ils sont inquiets de la situation

    L’ancien sénateur Paul Denis et l’ancien député Sadrack Dieudonné ont aussi exprimé leurs inquiétudes sur la situation catastrophique du pays. Paul Denis invite Jovenel Moïse à démissionner vitement sans condition et sans délai. Le député Sadrack Dieudonné croit que le pays est au bord d’une guerre civile.

    L’ancien sénateur Paul Dénis invite Jovenel à écouter le cri de la population qui réclame sa démission. Il appelle le Coregroup à se désolidariser d’un président pour qui le peuple n’a plus aucun respect.

    L’ancien ministre de la justice sous la présidence de Préval croit que la mobilisation contre un tel régime doit poursuivre jusqu’au bout. Pour lui, la manifestation de vendredi dernier est un signal donné par une marée humaine qui ne réclame que la demission de Jovenel Moïse.

    Paul Denis pense qu’à partir de ce signal, Jovenel Moise et le Coregroup doivent comprendre le cri du peuple. Et le Coregroup doit cesser de supporter les bourreaux au détriment de la victime.  Les bourreaux sont représentés par Jovenel Moise et la victime est le peuple haïtien. Désormais, il faut qu’ils sachent qu’aucun bandit, qu’aucune force ne peut écraser la mobilisation du peuple. Il invite Jovenel à comprendre les douleurs et la calamité de ce peuple qui a boucoup souffert et qui ne le veut pas comme président.

    Par ailleurs, l’ancien député des Gonaives, Sadrack Dieudonné,  ne cache pas ses inquiétudes sur la situation du pays. Il croit que ce pays n’a aucun dirigeant et craint que cette situation n’aboutisse à une guerre civile.

    Pour Sadrack Dieudonné, le pays est ingouvernable. Même le palais national n’est pas gouverné. Le président ne peut même pas se déplacer pour aller présider un conseil des ministres.

    Il pense que le blanc veut une situation cahotique au pays pour qu’il puisse arriver comme « sauveur ». L’ex député dit qu’au niveau de MOCHRENA, ils constatent les spectres d’une guerre civile en se basant sur les déclarations de Rosemond Jean martelant :   » dialogue politique ou guerre civile ». Il fait aussi référence aux déclarations de certains manifestants qui laissent penser qu’on est pas loin d’une guerre civile, a t-il dit.

    En conséquence, cette situation peut coûter la vie à des honnêtes citoyens, des femmes, des enfants et il n’y aura pas de professionnels de santé pour apporter des secours. Dans ce cas, on sera obligé de faire appel au blanc pour des secours. Donc, voilà pourquoi les étrangers ne disent rien dans cette situation.

    LAISSEZ UN COMMENTAIRE

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here