Petro Caribe : 1-million-500-mille dollars américains volatilisés – Travaux non réalisés : Voici l’histoire la plus terrible des soit-disant stades construits en Haiti par PHTK

Si l’ancien premier ministre Laurent Lamothe se félicitait d’avoir construit 25 stades en Haiti, la réalité prouve tout a fait le contraire. Haiti n’a aujourd’hui aucun stade sinon des terrains – loin d’être de véritables parcs sportifs, clôturés en béton pour lesquels de fortes sommes provenant du fonds Petro Caribe ont été décaissées.

Parmi ces terrains, aujourd’hui abandonnés, inexistants dans la majorité des cas, celui de la commune de pignon retient négativement l’attention.

En effet, le rapport de la Cour des comptes sur la construction du terrain ( centre sportif ) de Pignon, révèle ce que le peuple haïtien aura la pleine légitimité de qualifier de scandale. Ainsi, pour mieux comprendre cette escroquerie, Vedeth vous propose étape par étape l’histoire de ce centre sportif à la base du détournement de plus d’un-million-cinq-cent-mille dollars américains.

1 – Contrat gré à gré

Pour la construction de ce terrain, le marché a été conclu de gré à gré dans le cadre de la loi d’urgence du 15 avril 2010 pour un montant d’un million six cents milles dollars américains. En gourdes, selon le taux de change en vigueur le jour de la signature du contrat, cela équivalait à 64 358 880,00 HTG. Et donc, cette somme étant au dessus du seuil requis, il y aurait du avoir appel d’offre.

2 – Le paravent de l’état d’urgence

Outre cette irrégularité constatée par la cour, une autre étrangeté interpelle. Les signataires du contrat ont volontairement et en connaissance de cause décidé de ne pas lancer d’appel d’offre car ils voulaient essayé de faire passer le contrat dans le cadre de la loi d’urgence post séisme qui les aurait autorisés à passer le marché de gré à gré.

Une tentative qui ne tient pas car selon la Cour le département du nord du pays n’était pas affecté par le séisme de 2010.

3 – 95 % du montant du contrat décaissé / Travaux non effectués

Pour ce qui concerne l’avancement physique des travaux, l’équipe technique de la Cour s’est rendue sur place et a constaté que la firme SECOSA a construit seulement le périmètre de clôture, l’installation de
deux tribunes et gradin non recouvert. la Cour n’a pas retracé l’existence de surface de terrain type, terrain de basket-ball, bâtiment des joueurs, deux guérites pour les joueurs, un monogramme, toilettes et douches, camp et filets et une Guérite d’entrée.

Alors que le coût du projet était d’un million six cent mille dollars américains. Un million cinq cent vingt mille représentant 95% du coût total du contrat a été décaissé. Pour l’instant, les travaux sont abandonnés. Les pignonnais perdent à la fois l’argent et le stade.

Ainsi, au regard de ces graves irrégularités constatées, la Cour recommande à ce que la responsabilité des Ordonnateurs qui se sont succédé à la tête de ce ministère soit mise en oeuvre pour avoir engagé et maintenu l’État dans des transactions irrégulières dans le cadre de l’élaboration et/ou de la gestion des projets inachevés,
abandonnés ou surfacturés.

Elle recommande en outre aux autorités compétentes de diligenter
une enquête afin de déterminer s’il y a matière à poursuite pour des irrégularités ayant causé préjudice à la communauté : favoritisme dans l’octroi des contrats, décaissements non justifiés, etc.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here