Quand est-ce que les malades mentaux seront-ils pris en charge par l’Etat ?

    Les malades mentaux font partie des catégories les plus abandonnées dans la société haïtienne. La famille, la religion et l’école ont de graves préjugés par rapport à la maladie mentale.

    Il est vrai que les professionnels en santé mentale croient qu’il est difficile de vivre avec des malades mentaux, cependant, dans certains pays, l’Etat met en place des structures appropriées pour soigner les personnes atteintes de troubles mentaux et pour également éduquer les gens quant à leurs comportements face à de telles personnes.

    En Haiti, on a tendance à donner des explications surnaturelles à de telles maladies. Dans ce cas, quand la maladie n’a pas des explications naturelles, les traitement ne sont pas non plus naturels. Le premier réflexe c’est d’aller chercher les causes et les solutions de la maladie chez un prêtre du vodou (Hougan). Par la suite, cette personne est livrée en pleine rue, puisque les familles n’en peuvent plus et l’abandonne. Parfois, on pense que ce sont des sorciers qui paient les conséquences de leurs fautes.

    La présence des malades mentaux dans des rues en Haïti est monnaie courante. Les autorités de l’Etat n’en font aucun cas. Les malades sont présents aux environs de certaines institutions publiques. Des ministres, Secrétaires d’état, Directeurs généraux, sénateurs, députés, président tous témoins de la situation n’apportent aucune solution. En conséquence, les malades mentaux abandonnés sont souvent violés, battus et même tués par des individus mal intentionnés.

    Les deux centres psychiatriques que dispose le pays ont une capacité d’accueil très réduite et des structures défaillantes. Certains y placent des malades dans le but de se débarrasser d’eux. Donc, le maigre budget du ministère de la santé publique ne répond pas aux besoins des malades. Prions pour que cette catégorie humiliée et abandonnée dans des rues puisse finalement bénéficier un minimum de soins au pays.

                                            

    LAISSEZ UN COMMENTAIRE

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here