Quand est-il de la sécurité de Jovenel Moïse ?

    Bien avant la dernière conférence de presse de Jovenel Moïse, des rumeurs circulaient autour de la présence d’étrangers qui sont venus sécuriser le président de la république. La semaine dernière, le président l’avait confirmé,  lors de sa dernière conférence de presse que des étrangers sont rentrés dans le cadre d’une mission d’évaluation de sa sécurité. Il avait rappelé que ceci était fait pour tous ses prédécesseurs. Aujourd’hui, la population aimerait bien savoir la nationalité de ces évaluateurs qui auraient payé aux frais du trésor public. Ces explications ne suffisent pas, puisque l’on se demande si le président est vraiment menacé dans un tel contexte.

    Ce qui est scandaleux dans cette affaire, c’est que des étrangers sont identifiés à la tour 2004, ce jeudi 17 octobre 2019. Ces hommes armés ne pourraient pas être à la fois évaluateurs et agents de sécurité du président. En effet, la présence des étrangers à l’occasion de la commémoration de la mort de Dessalines sur le territoire national, prouve que Jovenel a une fois de plus menti à la nation. Combien de temps ces « évaluations restent-ils à passer dans le pays. Tout est obscur autour de leur mission. En février dernier, le président a déjà fait rentrer un groupe de 7 mercenaires étrangers qui auraient une mission secrète au moment où les manifestants réclamaient le départ.  C’est un acte de trahison qui qui mérite d’être puni par la loi. De plus, la population n’a jusqu’à présenter suffisamment d’informations sur leur mission. 

    Certaines informations font croire que Jovenel n’a pas confiance en les agents de USGPN. Le président est devenu méfiant depuis un certain temps. C’est pourquoi, il a fait rentrer des étrangers sur le territoire national pour garantir sa sécurité. Des étrangers armés ne pourraient être entré au pays que dans le cadre des accords internationaux signé et ratifiés par Haïti.  Dans ce cas, Haïti n’a pas ratifié aucun accord international qui permet à des étrangers de venir sécuriser le président. En 2004, le président Jean Bertrand Aristide, avait des étrangers qui sécurisaient son domicile. Mais quand la situation se dégénérait, les étrangers ont dû quitter le pays. La présence des étrangers dans la sécurité présidentielle, est une preuve palpable que le pouvoir de Jovenel Moïse est branlant et qu’il ya des crises même dans le camp présidentiel.

    LAISSEZ UN COMMENTAIRE

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here