Quand PHTK et ses zélés essaient de discréditer le rapport de la CSCCA en le qualifiant de “Complot Politique.”

    Le rapport de la CSCCA concernant la dilapidation des fonds PetroCaribe, met les membres du Parti PHTK en très mauvaises postures. Qu’il s’agisse des 25 stades de Laurent Lamothe, les programmes phares du pouvoir Tet Kale « ti manman cheri , Ede pèp et Kore Etidyan » ou encore « L’Agritrans » de Jovenel Moïse, le régime au pouvoir depuis après René Préval ne laisse subsister aucun doute sur son implication dans la dilapidation du fonds PetroCaribe, considéré par beaucoup d’haitiens comme étant le pillage du 21 siècle.

    La Cour a rendu son rapport sur la gestion des fonds Petro Caribe cette semaine. Sans surprise, PHTK et alliés, au lieu d’utiliser l’argent en bon père de famille, s’en mettaient plein les poches selon certains observateurs.

    Malgré les millions dépensés, le quotidien des haïtiens ne change pas. Le visage du pays non plus. Rien de concret. Aucun changement sauf la pauvreté du peuple qui devient de plus en plus insupportable.

    Après la publication de ce rapport, tout le monde en parle. C’est confirmé, l’argent du peuple a été détourné. Des responsables du PHTK étant épinglés les adhérents au parti ripostent. Les plus zélés déclarent que les 3 juges ayant signé le rapport sont de tendance Lavalas, c’est pourquoi, disent-ils, ces accusations mensongères contre le PHTK.

    Stanley Lucas, défenseur farouche des Tet Kale, actuel conseiller de Jovenel Moïse, en tete du réseau qui défend le régime, ne se cache pas. Il essaie, bon gré, mal gré, nonobstant les évidences caractérisant le travail des juges de décrédibiliser le rapport.

    Il a commencé, en faisant une publication sur facebook pour expliquer que les 3 juges, Robert Saint Paul, Jean Ariel Joseph, Saint Juste Momprevil, ayant rédigé le rapport sont de te tendance Lavalassienne. Selon lui, Robert Saint Paul est un ancien président de la chambre des députés ayant appartenu au Parti Lavalas, Jean Ariel Joseph était secrétaire au Sénat lorsque Simon Desras était président du grand corps, Saint Juste Momprevil, quant à lui, était député sous le parti Louvri Baryè.

    Ignorant au début ce que cette publication essayait de justifier, on se rend compte plus tard de son impact. Elle a fait école. Les partisans du PHTK n’ont pas mis de temps pour reprendre en partageant en masse les propos de Stanley selon lesquels le rapport PetroCaribe est biaisé car les juges n’ont pas été objectifs et qu’en lieu et place d’un travail technique , ils ont remis un travail politique dont le but essentiel est de détruire les membres du parti PHTK.

    Ils accusent notamment l’ancien sénateur Desras qui, selon eux, était à la base de la nomination de ces juges à la Cour des comptes. Argument de défense capricieux, molasson qui risque, selon certains internautes, de mettre à poil la mauvaise foi caractérisant ceux qui défendent le PHTK.

    Si les adeptes de PHTK rejettent le rapport car selon eux, il ne relève d’aucune objectivité, ils ne montrent, pour autant, aucune intention de contester les fautes qu’on reproche aux dirigeants du parti, encore moins de prouver le caractère mensonger du document.

    Ainsi, face à ce Tohu-bohu, une question ; PHTK est-il victime réellement d’un complot politique ? Attendons le mot du droit…

    LAISSEZ UN COMMENTAIRE

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here