Scandale au Sénat : Furieux, Jean Renel Sénatus presse la commission éthique anti-corruption de reagir

    « Pa gen kase fèy kouvri sa non, mwen anvi konnen verite a », tels sont les propos tenus par le sénateur Jean Renel Senatus ce mercredi après-midi pour intervenir sur le dossier du scandale de corruption impliquant son collègue du département de Nord-ouest, Onondieu Louis accusé par la FJKL d’être le cerveau d’un groupe d’individus spécialisé dans une vaste opération de détournement de fonds publics, de blanchiment des avoirs, d’enrichissement illicite et d’association de malfaiteurs.

    Moins de vingt-quatre heures après avoir appris via la publication du rapport d’enquête de la Fondasyon Jeklere de l’existance d’un fait de corruption au Sénat de la république, le sénateur de l’ouest, Jean Renel Senatus, n’a pas passé par quatre chemins pour exiger à la commission éthique anti-corruption du grand corps présidée par Youri Latortue, de diligenter une enquête aux fins de faire la lumière sur certains points d’ombres de cette affaire.

    Sans tergiversations, l’ancien commissaire du gouvernement près du tribunal de Première instance de Port-au-Prince, a rejeté d’un revers de main, la thèse selon laquelle, le président de la la commission éthique anti-corruption du Sénat ne peut se pencher sur cette affaire prétextant dit-il, que la justice est déjà saisie de ce dossier brûlant où plusieurs personnes auraient été appréhendées par la police et relâchées quelques jours après par la justice.

    « La commission éthique anti-corruption n’est pas là seulement pour s’occuper des affaires de l’exécutif. Elle a la possibilité d’enquêter sur tous les faits relevant du fonctionnement de l’administration publique », a déclaré le président de la commission justice, sécurité et de la défense nationale Jean Renel Senatus qui s’est montré attacher à l’idée de dénoncer les mauvaises pratiques existantes au niveau du Sénat de la République afin de trouver la vérité.

    Selon lui, l’exemple doit-être tracé en premier lieu au Sénat pour prouver s’il y a lieu vraiment de corruption. Il s’est dit fatiguer d’entendre très souvent à la radio les noms de ses collègues sénateurs cités dans des actes de corruption et banditisme.

    Rappelons que dans son rapport d’enquête de cinq pages publié ce mardi 27 Août, la Fondasyon Jeklere a affirmé que, ce dossier de corruption impliquant le sénateur Onondieu Louis et ses pairs, a été transféré à la mi du mois d’août au commissaire du gouvernement près du tribunal de Première instance de Port-au-Prince, Me Paul Éronce Villard qui serait lui-même entrain de préparer son réquisitoire d’informer.

    LAISSEZ UN COMMENTAIRE

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here