Père Jethro Noel est mort ? Guerby Blaise, Withline Louis et son papa, les maîtres-chanteurs qui font couler le curé de la paroisse de Maissade ?

Par des aveux sur des feuilles blanches, avec son écriture et sa signature, le père Jethro a laissé des explications sur la situation troublante qui entourait sa fin de vie. Il en avait marre des chantages de Withner Louis, sa fille Withline Louis et l’avocat Guerby Blaise selon ses lettres testamentaires. 

Le révérend père Jethro Noel qui se serait suicidé selon certains observateurs, assassiné selon d’autres explique dans des lettres testaments trouvées à son domicile qu’il en avait assez des chantages de Withner Louis, le père de Withline Louis, Guerby Blaise et Withline Louis.

Il explique avoir été l’objet, dès 2013, malgré son innocence, d’une longue période de chantage de la part de cette famille qui lui soutirait de forte somme d’argent en guise de dédommagement d’un tort qu’il aurait causé à Withline Louis.

En guise de compensation, le prêtre pouvait compter sur le silence du père , de la fille ainsi que du mari pour que personne ne soit au courant de son acte présumé afin de sauvegarder sa relation avec la hiérarchie de l’Eglise catholique en Haiti.

Mais, et c’est là le problème, comme on dit souvent, l’appétit vient en mangeant. Withner Louis, Withline Louis et Guerby Blaise ayant pris goût des bons dollars du curé ne voulaient pas fermer le dossier. Ils lui réclamaient à chaque fois, encore et encore de très forte somme d’argent pour garder secret le dossier.

Dès fois, des centaines de milliers de dollars américains. Et le prêtre qui a résolu que c’était trop décide de sortir de ses gonds après une énième demande de Withner lui réclamant une somme de 5000 dollars US le mois. « je me plierai plus aux chantages , je suis un être digne » a –t-il écrit avant sa mort.

Sur plusieurs lettres testamentaires, on peut lire dans un créole truffé de phrases écrites en français ses angoisses et ses ennuis. Il raconte comment Withner Louis, sa fille et son gendre lui bouleversaient l’esprit.

Mais, pourquoi a t-il versé autant d’argent alors qu’il se dit innocent ? C’est la grande question aujourd’hui.

Selon les informations recueillies par la rédaction de Vedeth resistance infos, le prêtre Jethro avait une relation sentimentale avec Withline Louis, les parents étaient, parait-il, au courant de la relation.

Toutefois, tout ne s’est pas passé comme prévu, la relation tourne mal, et c’est la qu’ont commencé les soucis de l’ancien curé de la commune de Maissade.

D’autres informations font croire que l’ancien responsable de l’Eglise catholique dans le département du centre avait forcé Withline Louis à avoir une relation sexuelle avec lui en 2013. Il l’aurait violée à ce moment là.

C’est cette vérité cachée, qu’il voulait soustraire à sa hiérarchie et ses fidèles, qu’il décidait alors de payer en contrepartie du silence de la famille. Il a donc engagé un arrangement extra-judiciaire avec la famille de la jeune femme question de ne pas le poursuivre en justice.

À lire les testaments du prêtre Jethro, il n’affirme pas avoir commis l’acte dont la famille de Withline lui reproche, mais avoue avoir cédé aux exigences de Withner Louis.

Mais quand on a rien fait, pourquoi débloque t -on autant d’argent pour acheter le silence de quelqu’un?

Par des documents légaux auxquels on peut se fier, on est à même de voir de nombreuses transactions effectuées entre le prêtre, Withner Louis, le père de Withline Louis et l’avocat Guerby Blaise.

Sur un acte de désistement signé Docteur Withline Louis, on peut voir l’acceptation d’un montant de 171 000 dollars américains (en trois versement) par Withline qui s’engage alors à ne pas porter plainte contre le prêtre. Sur un autre acte de désistement, Withner Louis reçoit un montant de 65 000 dollars américains. Il s’engage lui aussi à ne pas engager de poursuite judiciaire contre Jethro.

Il y a aussi un formulaire de réquisition de chèque de la BNC, sur lequel on identifie 50 000 dollars américains, qui a pour bénéficiaire Withner Louis et ordonné par Jethro Louis.

Faut-il aussi mentionner un autre formulaire de réquisition de chèque(BNC) comportant un montant de 51 000 dollars américains à l’endroit de Me Guerby Blaise, le mari de Withnie.

Une autre ordonnance émise toujours par le curé de Maissade d’un plus petit montant( encore chez BNC) soit 12 000 dollars américains à l’endroit de Louis Withner.

A la UNIBANK aussi, un transfert de 50 000 dollars ayant pour bénéficiaire Wiithner Louis et pour expéditeur Jethro Nël a été réalisé. Selon ses testaments, Jethro Noël explique avoir donné 400 000 dollars américains à Withline pour que celle-ci puisse partir faire des études en France sous la pression de son mari Me Guerby Blaise abusant de sa qualité d’avocat.

Malgré toutes ses sommes versées par le prêtre ; Withline, son père et son mari réclamaient davantage. Et ce, malgré leurs multiples actes de désistement… Ils reviennent toujours soutirer de l’argent au curé en lui menaçant de tout rendre public.

C’est ainsi que le père Jethro décide finalement d’écrire qu’il ne pouvait plus céder aux chantages, car il valait mieux que ça, il valait mieux mourir que devenir un objet contrôlable.

Dans ses dernières lignes datées du 7 mai 2019, il informe que Withner était venu le voir à Maïssade, lui a reproché son acte présumé en lui affirmant son regret d’avoir accepté son argent pour garder le silence. Ce jour là, toujours selon les lettres testamentaires en notre disposition, Withner avait juré qu’il mettrait tout en péril pour lui faire payer ce qu’il avait fait à sa fille.

C’est ainsi, selon les testaments du prêtre, qu’il décide d’écrire pour, au cas où quelque chose devait lui arriver, informer le public que c’est Withner le responsable.

Bref, une histoire de viol tournant aux chantages qui dégénère.

Un curé qui ne respectait pas ses fidèles. Withner, le papa de Withline, qui marchandait l’honneur de sa fille, et Guerby Blaise, un mauvais mari, un avocat qui prend le gout de la corruption qui décide d’entrer dans le cercle pour faire du pognon au lieu d’agir en bon auxiliaire de la justice.

Et puis, une vie perdue, une famille endeuillée mais surtout une vérité qui est définitivement anéantie.

Le prêtre quand à lui, dans ses lettres testamentaires, demande pardon à ceux qu’il a offensés au cours de sa vie.

On l’aura compris, c’est une histoire de viol parmi tant d’autres commis en Haiti de surcroît par des responsables de l’Eglise dans le plus grand secret qui met fin à la vie du prêtre Jethro.

Tromper toute une paroisse, tous les fidèles, toute l’Église Catholique, c’est quelque chose. Il fallait en payer le prix… Et la justice dans tout ça … ?

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here