Tantan Sylla : Ce jeune homme, lâchement tué par la police nationale d’Haiti restera en vie dans certains esprits

Il s’appelle Tantan Sylla, ses amis l’appellent Tantan. Il est décédé à l’hopital au début de la semaine. La circonstance de sa mort étant tellement scandaleuse, ses amis, connaissances ou tout simplement ceux qui, à un moment de la durée, l’avaient côtoyé ne cachent pas les mots pour houspiller l’Etat haïtien.

Qui était Tantan Sylla

Ses amis le décrivent comme un jeune homme calme, apaisé, respectueux, poli, humble mais rigolo. Il respecte tout le monde et n’avait rien de louche à se reprocher. Tantan respectait même les enfants témoigne une personne de son entourage apparemment très affectée par sa mort.

Tantan Sylla a vécu aux Etats Unis pendant une longue période. Suite à la décision de Donald Trump de rendre difficile le fonctionnement des migrants aux Etats Unis, il avait décidé de franchir la frontière pour se rendre au Canada. Arrivé au Canada, il a été un peu déçu. Les choses ne se passaient pas comme il le pensait.

Retourner en Haiti, rester au Canada de manière irrégulière ou encore repartir pour les Etats Unis illégalement ? Un dilemme !

Dégoutté, contrarié, tourmenté, c’est la première alternative qui l’emporte, il a décidé de retourner en Haiti pour vivre sa vie tranquillement à coté de sa famille, ses partenaires et amis. Il ignorait que sa vie, dans son propre pays, serait de courte durée. C’était un mauvais choix. Dommage…

Que s’est-il passé exactement ?

Tantan Sylla et sa famille habite en plaine. Alors qu’il se trouvait à l’entrée de là où il habite, il a été innocemment atteint d’un projectile.

Selon les informations recueillies par le journaliste Wendy Phele, Tantan a été touché au moment où un vif échange de tirs s’est éclaté entre la Police nationale d’Haiti et des hommes armés opérant dans la zone. Pourchassés par des officiers de police, les bandits ont dégainé leurs armes et tirent en direction des policiers. C’est à ce moment là, en répliquant, que les policiers, ratant leurs véritables cibles, atteignent le jeune Tantan.

Transporté en urgence dans un hôpital privé par la famille, Tantan Sylla a été poursuivi par des officiers de Police, l’ayant directement pointé du doigt comme étant un des bandits avec qui, ils avaient quelques heures auparavant de violents échanges de tirs.

Sur son lit, à l’hôpital, chose insolite ailleurs, normale en Haiti, Tantan Sylla a été menotté, humilié, ridiculisé par la Police Nationale d’Haiti.

Ce n’est rien, Le plus horrible dans cette affaire c’est que ; sa famille a été contrainte de l’emmener à l’hôpital général, là ou les médecins n’ont pas les matériels nécessaires pour travailler, où le manque de soin et le mépris de certains dépassent l’impensable.

Toujours sous contrôle de la police, il a été contraint de partir pour se faire soigner là où, lorsqu’un malade arrive, le décor – seulement le décor, le reçoit avec déshonneur, mais surtout avec le mot de bienvenue du repos éternel. Arrivé à l’hopital, il n’a pas eu la chance de bénéficier les soins que nécessitait son cas car considéré comme un vulgaire bandit.

Et c’est là, sur son lit de mort – après avoir encore été menotté, que Tantan Sylla, Tantan pour les intimes, dit Adieu à ce foutu pays, Haiti…

Depuis, sur les réseaux sociaux, ce n’est plus ses plaisanteries qui défilent sur con compte Facebook. C’est plutôt des RIP Tantan.

Entre vivre irrégulièrement dans la peur aux pays des autres et mourir assassiné par la police de son propre pays, et ce, dans la plus grande impunité imaginable, certains de ceux qui disent RIP TANTAN aujourd’hui sauront quoi faire quand ce sera leur tour.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here