Tragédie : L’hôpital OFATMA a, par négligence, tué Marianie Maurentus lors d’une opération chirurgicale selon le journaliste Theriel Thelus

Elle s’appelle Marianie Maurentus, elle avait seulement 32 ans et elle était enceinte de 7 mois. Ayant ressenti un malaise, elle a été transportée en urgence à l’hôpital nos petits frères et sœurs. Etant dépassé, cet hopital ne pouvait rien faire pour elle, Elle a donc été transférée à l’Hôpital Ofatma. À l’Ofatma, elle devrait à tout prix subir une césarienne pour enlever le corps de l’enfant mort de son ventre. Tout aurait bien pu se passer, la césarienne aurait pu être réussie et Marianie sauvée mais les deux coupures de courant ayant eu lieu au moment de l’opération ont tout basculé, ont foiré l’intervention et Marianie en a payé le prix fort. Elle est morte.

Un autre drame, un autre mort dans des conditions épouvantables! Quand est-ce-que nous finirons de compter ces vies qui s’éteignent à cause de la négligence de ceux qui nous dirigent et ceux fonctionnant dans des institutions appelant à la plus grande vigilance ? Encore, une autre histoire vient nous montrer à quel point ces derniers se fichent complètement de la vie des haïtiens.

Le droit à la santé est inaliénable mais pas en Haïti, encore moins pour Marianie Maurentus qui a rendu l’âme hier à cause d’une coupure d’électricité.

Marianie Maurentus était enceinte de 7 mois et elle ne se sentait pas bien. Elle s’ était donc rendue à l’Hôpital nos petits frères et sœurs, situé à Tabarre. Mais cet hôpital manquait les ressources nécessaires pour s’occuper de son cas assez délicat : L’enfant qu’elle portait était mort à l’intérieur de son corps. On lui a donc transférée à l’Hôpital Ofatma pour les suites nécessaires.

Elle devait , absolument subir une intervention médicale : Une césarienne en l’occurence pour extraire l’enfant mort de son ovaire. L’accès au soins dans ces hopitaux, ce n’est pas gratuit, elle a évidemment payé les frais lui permettant de subir l’opération. Tout devrait bien se passer, pourtant la patiente, Marianie, a perdu sa vie.

Alors que tout était prêt afin que l’opération ait lieu dans de bonnes conditions, une coupure d’électricité soudaine vient tout gâcher. L’électricité se rétablit et le processus se remit donc en marche. Une deuxième fois, le courant électrique disparaît. Après la deuxième fois, les techniciens de l’hôpital ont entrepris de mettre la génératrice mais le temps que l’appareil démarre et alimente l’hôpital, Marianie était déjà morte. Négligence, manque de professionnalisme, absence d’infrastructures, non respect à la vie d’autrui, mauvaise gouvernance; bref, la pauvre Marianie, seulement 32 ans, en paie les conséquences. Elle ne sera pas la dernière. Le journaliste Theriel Thelus intervenant à la radio Caraibes ce matin, visiblement touché, a déclaré que c’est l’hopital OFATMA qui a tué, par sa négligence la jeune femme.

À ce stade , il faut se demander si nous sommes encore des primitifs en Haïti. Comment un hôpital puisse avoir des coupures de courant sans que l’EDH ne l’ ait averti alors que la vie et la santé de milliers de gens sont en jeu ? Comment, en 2019 , des personnes meurent à l’hôpital parce qu’il n’y a pas de sang disponible ? La santé, n’a-t-elle pas de budget en Haïti ? Les hommes et les femmes ne valent-ils donc rien en Haïti ? Comment osons-nous parler, quand on vit dans ce niveau de déni, de droit de l’homme en Haiti ?

Cette histoire est triste, elle nous fera peut-être pleurer pour un ou deux jours mais cela n’empêchera pas qu’un cas de ce genre refasse apparition. Nous sommes comme zombifiés, déshumanisés car nous n’agissons pas, nous ne laissons pas notre humanité avoir raison sur notre mauvaise foi. Nous sommes toujours là à constater les conséquences de nos mauvaises décisions, de notre inaction. Autant que ça ne nous arrive pas, nous pensons que nous sommes à l’abri , que nous sommes épargnés mais un jour notre tour viendra et on saura qu’il ne faut pas, par la négligence, tuer ainsi des hommes et des femmes. Une pensée spéciale à la famille du jeune Ridchy Caillot décédé deux mois de cela presque dans les mêmes conditions.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here